Tsipras reçu par Hollande : la Grèce n'est pas «une menace pour l'Europe»

le
2
Tsipras reçu par Hollande : la Grèce n'est pas «une menace pour l'Europe»
Tsipras reçu par Hollande : la Grèce n'est pas «une menace pour l'Europe»

Alexis Tsipras a été reçu à l'Elysée mercredi après-midi. Après un entretien d'une heure avec François Hollande, le nouveau Premier ministre grec et le chef de l'Etat ont fait côte à côte une déclaration à la presse. «Très heureux de se trouver dans le pays des Lumières», Tsipras a assuré avoir «besoin de la France» qui, selon lui, «doit jouer un rôle prépondérant» dans un changement de politique en Europe.

«Nous avons besoin d'un nouvel accord pour le retour à la croissance, pour le renforcement de l'emploi et de la cohésion sociale», a plaidé le leadeur de Syriza. «Nous ne sommes pas une menace pour l'Europe», a-t-il ajouté. Au contraire, la volonté de changement exprimée le 25 janvier par le peuple grec doit être une «occasion» pour le Vieux Continent de mettre fin aux politiques d'austérité, a-t-il suggéré.

Le nouvel homme fort d'Athènes a assuré avoir fait «des propositions réalistes» à ses partenaires. Il a voulu donner des gages en affirmant que son pays avait besoin de réformes. «Nous devons les faire pour notre crédibilité et pour revenir à la justice sociale. Le peuple grec a beaucoup souffert. Mais certains n'ont pas contribué à payer l'addition. Des efforts doivent être menés contre l'évasion fiscale, contre la fraude fiscale. Nous devons en finir avec l'Etat clientéliste», a-t-il concédé.

Hollande évoque «le respect du vote du peuple grec»

Sur ce point, il a reçu le soutien de François Hollande. «Sur la réforme fiscale, la réforme de l'Etat, la réforme de l'administration, nous pouvons partager notre propre expérience», a expliqué le président de la République. Auparavant, le locataire de l'Elysée a insisté sur le «respect du vote du peuple grec qui a été clair, fort, et qui a voulu signifier que l'austérité comme seule perspective n'était plus supportable».

VIDEO. Tsipras à l'Elysée : «La Grèce n'est pas une menace pour l'Europe»

Il a ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • b.renie le jeudi 5 fév 2015 à 07:14

    Ce n'est pas le tout de le proclamer ! Il faut et il suffit de respecter les règles qui fondent l(Europe.

  • cavalair le mercredi 4 fév 2015 à 21:11

    la Grèce n'est pas «une menace pour l'Europe» Ah bon j'ai eu peur j'ai cru qu'elle allait attaquer la France...