Tsipras chez Merkel : vont-il enterrer la hache de guerre ?

le
0
Tsipras chez Merkel : vont-il enterrer la hache de guerre ?
Tsipras chez Merkel : vont-il enterrer la hache de guerre ?

«Bienvenue en Allemagne, Monsieur Tsipras». Une fois n'est pas coûtume, à quelques heures de la visite du Premier ministre grec Alexis Tsipras chez la chancelière Angela Merkel, c'est au tabloid allemand «Bild» que l'on doit cet enterrement de la hache de guerre. Plus enclin d'habitude à jeter de l'huile sur le feu et à cristalliser l'agacement d'une population allemande de plus en plus hostile aux plans d'aide et convaincue de toujours payer pour les États du sud de l'Europe, le journal a publié ce lundi matin une Une bilingue, en allemand et en grec.

 

Le ton est donné : la relation germano-grecque, au plus bas depuis l'arrivée au pouvoir à Athènes d'un gouvernement de gauche radicale qui a promis de mettre fin à l'austérité en Europe, ne peut que s'améliorer. Comme pour tout nouveau dirigeant faisant sa première visite d'Etat à Berlin, le Premier ministre grec a eu droit aux honneurs militaires devant la chancellerie à 17 heures. La chancelière a parcouru  le tapis rouge au côté de son homologue grec, qui ne portait pas de cravate. Les deux responsables se sont affichés détendus et souriants durant leur poignée de main.

 

Ensuite, les choses sérieuses devaient commencer : Alexis Tsipras et Angela Merkel devaient avoir un premier entretien, avant une conférence de presse fixée à 18 h15 qui précèdera un dîner de travail.

La Une moins belliqueuse qu'à l'accoutumée du tabloid allemand «Bild» de ce lundi est de bonne augure

Après une montée en puissance des crispations ces dernières semaines entre le gouvernement grec de gauche radicale, confronté à la dette abyssale du pays, et le gouvernement allemand, qui ne voit la solution du problème que dans d'importantes mais douloureuses réformes, le chef de la diplomatie allemande Frank-Walter Steinmeier a invité dimanche soir à l'apaisement. «Nous ne pouvons pas permettre que les questions certes importantes et difficiles, que nous devons résoudre ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant