Tsarnaev condamné à mort : les réactions nuancées des victimes

le
0
Tsarnaev condamné à mort : les réactions nuancées des victimes
Tsarnaev condamné à mort : les réactions nuancées des victimes

Reconnu coupable du double attentat du marathon de Boston (Massachusetts) qui a fait trois morts et 264 blessés le 15 avril 2013, l'Américain d'origine tchétchène, Djokhar Tsarnaev a été condamné à mort vendredi par un jury populaire.Il entre ainsi dans le couloir de la mort fédéral où il est le 62e prisonnier.  A 21 ans, il est aussi le plus jeune. Le gouvernement américain avait dans son cas requis la peine capitale car c'était un «crime inhabituel».

Les rescapés ou proches des victimes ont trouvé, à des degrés divers, que par cette condamnation «justice avait  été rendue». Leurs avis et sentiments sont parfois très nuancés, d'autant que le terroriste a de nombreuses années de procédures d'appel devant lui, repoussant d'autant son exécution. Dans l'Etat du Massachusetts qui a aboli la peine de mort, les sondages laissaient apparaître des opinions favorables à la réclusion criminelle à perpétuité et suggéraient que c'est en ce sens que se prononcerait le jury.

Les parents de Martin, 8 ans, tué dans l'attentat, opposés à la peine de mort. Certaines victimes, comme les parents de Martin Richard, 8 ans, tué dans l'attentat, s'étaient publiquement opposées à la peine de mort. Ils se disaient inquiets de voir cette sentence générer des procédures d'appel pouvant ouvrir une perspective de plusieurs années, voire de décennies douloureuses. Les parents de Martin Richard ont quitté le tribunal fédéral vendredi sans le moindre commentaire. Devant le palais de justice, anciens combattants et militants contre la peine capitale ont dit leur colère et leur déception.

Un pompier : «La justice l'a emporté aujourd'hui». «Il va aller en enfer, c'est là qu'il voulait aller», a réagi Michael Ward, un pompier qui ne travaillait pas le jour de l'attentat  mais qui était venu au secours des victimes. «Je me souviens quand les bombes ont explosé et je me souviens de la chose horrible et répugnante que cette ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant