Tsahal passe à l'offensive terrestre dans la bande de Gaza

le
0
ISRAËL PASSSE A L'OFFENSIVE TERRESTRE DANS LA BANDE DE GAZA
ISRAËL PASSSE A L'OFFENSIVE TERRESTRE DANS LA BANDE DE GAZA

par Nidal al-Mughrabi et Jeffrey Heller

JERUSALEM/GAZA (Reuters) - Les autorités israéliennes ont annoncé jeudi le lancement d'une offensive terrestre dans la bande de Gaza, dix jours après le début de bombardements qui n'ont pas fait cesser les tirs de roquettes. L'opération sera toutefois limitée, assurent-elles.

Le Premier ministre Benjamin Netanyahu a donné l'ordre de détruire les tunnels qui permettent aux membres de groupes armés palestiniens de s'infiltrer sur le territoire de l'Etat hébreu, disent ses services dans un communiqué.

Il ne s'agit pas de renverser le Hamas, qui administre seul la bande de Gaza depuis juin 2007, a souligné un porte-parole militaire. Baptisée "Plomb durci", la dernière opération terrestre de Tsahal dans l'enclave, menée entre le 27 décembre 2008 et le 18 janvier 2009 a coûté la vie à 1.400 Palestiniens et à 13 Israéliens.

"Nous mettons Netanyahu en garde contre les conséquences épouvantables d'un acte aussi stupide", a déclaré Sami Abou Zouhri, porte-parole du mouvement islamiste, interrogé par Reuters.

La durée et l'ampleur de l'offensive lancée jeudi pourrait dépendre des pertes civiles, qui ne manqueront pas d'accroître les pressions diplomatiques en faveur d'un cessez-le-feu.

L'armée israélienne précise dans un communiqué qu'elle impliquera "l'infanterie, des régiments blindés, du génie, l'artillerie et le renseignement avec un soutien des forces aériennes et navales".

Tard dans la soirée de jeudi, les Gazaouis faisaient état d'intenses bombardements à la frontière entre Rafah au sud et l'extrémité nord de l'enclave. De violents combats ont également éclaté le long de cette frontière, notamment à Beït Hanoun et à Beït Lahiya, disent-ils.

Deux habitants de Khan Younès, dans le Sud, avaient auparavant signalé la présence de quelques chars et un témoin a dit en avoir vu d'autres pénétrer par le point de passage d'Erez. Ils se sont toutefois arrêtés avant les zones habitées et leur incursion n'a donné lieu à aucun affrontement, ajoute-t-il.

L'ONU EXHORTE ISRAËL À ÉPARGNER LES CIVILS

Des tirs de roquettes ont par ailleurs visé Ashdod et Ashkelon, dans le sud israélien, mais aucune victime n'a été signalée. Plusieurs interceptions réalisées à l'aide du système Dôme de fer ont été retransmises en direct à la télévision.

Selon les autorités sanitaires locales, 238 Palestiniens pour la plupart civils ont été tués dans la bande de Gaza depuis le 8 juillet, date à laquelle Tsahal a entamé ses bombardements pour faire cesser les tirs de roquettes. Côté israélien, ces tirs ont coûté la vie à un civil.

Réagissant au lancement de l'opération terrestre, le secrétaire général de l'Onu a imploré Israël de faire plus pour épargner les civils.

"Je regrette qu'en dépit de mes avertissement répétés et de ceux de nombreux responsables régionaux et internationaux, un conflit déjà dangereux s'aggrave encore. J'exhorte Israël à faire beaucoup plus pour faire cesser les pertes civiles", a déclaré Ban Ki-moon.

Paris a de son côté exprimé sa "très vive préoccupation" et appelé Israël à exercer "la plus grande retenue". Le ministre français des Affaires étrangères est attendu vendredi dans la région. Laurent Fabius doit y "soutenir les efforts en faveur d'un cessez-le-feu immédiat et d'une trêve durable qui réponde aux besoins sécuritaires d'Israël et aux besoins humanitaires et économiques palestiniens", selon le Quai d'Orsay.

Il doit rencontrer le président palestinien Mahmoud Abbas, le secrétaire d'Etat américain John Kerry, ainsi que le président égyptien Abdel Fattah al Sissi et le chef de la diplomatie jordanienne, a-t-on précisé de source diplomatique.

Benjamin Netanyahu le recevra dimanche à Tel Aviv, dit-on de même source, ajoutant qu'il pourrait évoquer l'envoi d'une mission européenne à la frontière entre la bande de Gaza et Israël, similaire à celle qui a été menée entre 2005 et 2007.

INFILTRATIONS

Dans la journée, les habitants de la bande de Gaza s'étaient rués dans les commerces et les banques à la faveur d'une trêve humanitaire de cinq heures, tandis alors que les négociations en vue d'un cessez-le-feu permanent battaient leur plein en Egypte.

A Jérusalem, un responsable israélien a déclaré que l'Egypte avait proposé l'entrée en vigueur vendredi d'une trêve durable. L'offre a été acceptée par la délégation israélienne envoyée au Caire, a-t-il poursuivi, ajoutant que le "cabinet de sécurité" de Benjamin Netanyahu ne s'était pas encore prononcé.

"L'ordre d'une action au sol a été approuvé par le cabinet de sécurité après qu'Israël ait accepté l'offre de cessez-le-feu égyptienne, parce que le Hamas l'a rejetée et a continué de tirer des roquettes en direction des villes israéliennes", expliquent les services du Premier ministre dans leur communiqué.

Les sirènes d'alarme ont retenti dans le sud d'Israël jeudi à 15h00 (12h00 GMT), heure de l'expiration de la trêve humanitaire de cinq heures.

Quelques heures avant le début de la trêve, une dizaine de combattants palestiniens avaient emprunté un tunnel creusé sous la frontière aboutissant tout près d'une localité israélienne. L'un d'eux au moins a été tué par des tirs de l'aviation israélienne, a précisé Tsahal.

(Jean-Philippe Lefief pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant