Trump va nommer Robert Lighthizer représentant au commerce

le , mis à jour à 15:05
1
 (Ajoute éléments biographiques) 
    WASHINGTON, 3 janvier (Reuters) - Le président élu Donald 
Trump a désigné Robert Lighthizer, farouche adversaire des 
pratiques commerciales de la Chine, comme représentant américain 
au Commerce, a déclaré mardi son équipe de transition dans un 
communiqué. 
    Robert Lighthizer "combattra pour de bons accords 
commerciaux qui donnent la priorité à l'ouvrier américain", 
peut-on lire dans ce texte.  
    Lighthizer a été représentant adjoint américain au commerce 
avec rang d'ambassadeur sous l'ancien président Ronald Reagan 
dans les années 1980, selon une biographie mise en ligne sur le 
site internet de Skadden Arps, le cabinet juridique dont il est 
actuellement l'un des associés. 
    Il a notamment lutté à l'époque contre les importations 
japonaises, en menaçant d'imposant des quotas et des taxes 
prohibitives à l'archipel.  
    Depuis cette date, il a passé près de trente ans comme 
avocat à défendre des clients américains dans les affaires de 
lutte contre le dumping et s'est battu pour un meilleur accès 
des entreprises aux marchés étrangers, lit-on dans cette 
biographie. Il a notamment contribué à l'établissement de taxes 
à l'importation sur l'acier chinois.  
    Lighthizer a estimé, en 2010 lors d'une audience au Congrès, 
que la Chine n'avait pas respecté ses engagements pris en 2001, 
au moment de son entrée dans l'Organisation mondiale du 
Commerce. Il a prôné des tactiques plus agressives pour "changer 
le système", y compris en contournant les règles de l'OMC. 
    "Des années de passivité et de dérive de la part des 
décideurs américains ont permis au déficit commercial 
sino-américain d'atteindre un niveau qui est devenu, de l'avis 
de beaucoup, une menace majeure pour notre économie", a-t-il 
écrit dans ce témoignage devant la US-China Economic and 
Security Review Commission.  
    Robert Lighthizer est considéré comme un négociateur 
chevronné connaissant parfaitement les mécanismes commerciaux 
qui étaient utilisés avant la création de l'OMC en 1995, parmi 
lesquels les taxes de la "section 301" qui furent utilisées 
contre le Japon dans les années 1980.  
      
    Voir aussi: 
    ENCADRE-Les visages de l'administration Trump   
 
 (David Lawder; Eric Faye et Jean-Stéphane Brosse pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M3039634 il y a 12 mois

    Cela va plutôt mal se passer pour l'Europe, et en particulier pour la France qui n'a jamais été aussi mal représentée à Bruxelles !