Trump s'entretient de la Corée du Nord avec Tokyo et Pékin

le
0
 (Actualisé avec l'entretien entre Donald Trump et Xi Jinping) 
    par Ju-min Park 
    TOKYO, 24 avril (Reuters) - Après le Japon, la Corée du Sud 
pourrait à son tour effectuer des exercices militaires conjoints 
avec un groupe aéronaval américain en approche des eaux 
entourant la péninsule coréenne alors que Donald Trump a appelé 
ses homologues japonais et chinois pour évoquer les tensions 
avec la Corée du Nord. 
    Le Premier ministre japonais Shinzo Abe a dit lundi qu'il 
avait convenu avec le président américain de rester en contact 
étroit au sujet de la Corée du Nord, tout en exhortant Pyongyang 
à faire preuve de retenue, certains craignant un nouvel essai 
nucléaire nord-coréen. 
    Selon des médias d'Etat, le président chinois Xi Jinping a 
dit à Donald Trump qu'il avait bon espoir de voir toutes les 
parties concernées faire preuve de retenue, ajoutant que la 
Chine s'opposerait à toute initiative contraire aux résolutions 
du Conseil de sécurité des Nations Unies. 
    Après un coup de téléphone avec Donald Trump, Shinzo Abe a 
dit qu'il appréciait la position du président américain 
consistant à montrer que toutes les options étaient sur la table 
concernant la Corée du Nord. 
    Dimanche, Pyongyang a menacé dimanche de couler le 
porte-avion à propulsion nucléaire USS Carl Vinson, dont 
l'arrivée dans la région pourrait coïncider avec le 85e 
anniversaire de la création de l'Armée populaire de Corée (du 
Nord), mardi, célébration qui pourrait être l'occasion d'une 
nouvelle démonstration de force de la part du régime 
nord-coréen, voire d'un sixième essai nucléaire.  , 
  
    Deux contre-torpilleurs japonais ont entamé dimanche un 
exercice militaire avec le groupe aéronaval emmené par l'USS 
Carl Vinson. Et, lundi, la Corée du Sud a dit être en 
pourparlers avec le gouvernement américain en vue d'effectuer 
des exercices militaires communs avec ce groupe aéronaval. 
    Donald Trump a ordonné il y a deux semaines au Carl Vinson 
de faire route vers la Corée en pleine escalade des tensions 
avec Pyongyang. Washington n'a pas précisé depuis cette date où 
se trouvait l'escadre américaine, le vice-président Mike Pence 
se contentant de dire samedi qu'il serait "d'ici quelques jours" 
en mer du Japon, qui baigne les côtes coréennes et japonaises. 
    Un responsable du gouvernement japonais a précisé que le 
coup de fil entre Shinzo Abe et Donald Trump n'avait pas été la 
conséquence d'une évolution de la situation dans le dossier 
nord-coréen. 
    Le Premier ministre japonais a qualifié sa conversation avec 
le président américain d'"échange de points de vue approfondi". 
    Les deux hommes sont également d'accord pour dire que la 
Chine, voisin et seul allié de poids de la Corée du Nord, doit 
jouer un rôle de premier plan dans le dossier nord-coréen, a 
poursuivi Shinzo Abe. 
    A l'occasion d'un entretien accordé à Reuters, Ahn 
Cheol-soo, candidat à la présidence sud-coréenne, a dit qu'il 
tenterait de relancer les pourparlers à six visant à 
dénucléariser la péninsule coréenne s'il est élu le 9 mai. 
    Ces pourparlers, réunissant les deux Corées, la Chine, les 
Etats-Unis, le Japon et la Russie, sont au point mort depuis 
2008 à la suite d'un tir de roquette de la Corée du Nord. 
 
 (Benoit Van Overstraeten pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant