Trump promet son aide au Pakistan, dit Islamabad

le
1
    ISLAMABAD, 1er décembre (Reuters) - Donald Trump a proposé 
d'aider le Pakistan à résoudre ses problèmes au cours de son 
premier entretien téléphonique avec Nawaz Sharif, que le 
président américain élu a qualifié de "type formidable", selon 
le compte-rendu de leur conversation fourni par les services du 
Premier ministre pakistanais. 
    Alliés historiques dans cette partie de l'Asie, les 
Etats-Unis et le Pakistan ont vu leur relation se dégrader ces 
dernières années dans le cadre de la lutte contre l'islamisme 
armé, avec notamment des frappes de drones américains sur des 
chefs taliban présents en territoire pakistanais. 
    C'est aussi au Pakistan que les forces spéciales américaines 
sont venues tuer Oussama ben Laden en 2011. 
    "Le président Trump a dit au Premier ministre Nawaz Sharif 
'vous avez une très bonne réputation. Vous êtes un type 
formidable. Vous faites un travail formidable qui est visible 
dans tous ses aspects'", a rapporté le cabinet du chef du 
gouvernement pakistanais, au pouvoir depuis 2013. 
    "Je suis prêt et désireux de jouer n'importe quel rôle que 
vous souhaitez me voir jouer pour affronter et trouver des 
solutions aux problèmes existants. Ce sera un honneur et je 
m'engagerai personnellement", a dit le président américain élu 
selon les propos rapportés par Islamabad, qui ne précise pas la 
nature de ces problèmes. 
    L'équipe de Donald Trump a confirmé que les deux hommes 
avaient eu "une conversation productive sur la manière dont les 
Etats-Unis et le Pakistan auront une solide relation de travail 
à l'avenir". Le président américain élu souhaite instaurer une 
relation personnelle solide et durable avec le Premier ministre 
pakistanais, a-t-elle ajouté. 
    Selon Islamabad, Nawaz Sharif a invité Donald Trump à se 
rendre au Pakistan et ce dernier a accepté. Le futur locataire 
de la Maison blanche a aussi assuré à son interlocuteur qu'il 
pouvait se sentir libre de l'appeler à tout moment d'ici sa 
prise de fonction officielle le 20 janvier. 
    "M. Trump a dit qu'il adorerait venir dans un pays 
fantastique, dans un endroit fantastique avec des gens 
fantastiques. Transmettez s'il vous plaît au peuple pakistanais 
qu'ils sont des gens extraordinaires et que tous les Pakistanais 
que je connais sont des gens exceptionnels", ont ajouté les 
services de Nawaz Sharif en citant à nouveau Donald Trump. 
    La rhétorique anti-islam de ce dernier durant la campagne 
présidentielle américaine a pourtant suscité des inquiétudes au 
Pakistan, pays musulman de 190 millions d'habitants. 
 
 (Drazen Jorgic; Bertrand Boucey pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ecerutti il y a 4 jours

    Apparemment le Pakistan serait mieux que l'Iran ...