Trump ou Clinton, à Paris on vote !

le , mis à jour à 08:34
0
Trump ou Clinton, à Paris on vote !
Trump ou Clinton, à Paris on vote !

C'est parti. Comme tous les quatre ans au moment de l'élection présidentielle, les Américains de Paris vont pouvoir voter dans le mythique Harry's New York Bar, à deux pas de l'Opéra et de la rue de la Paix. Il s'agit d'une consultation fictive, qui dure un mois, jusqu'au soir du scrutin officiel. Mais attention, depuis 1924, les vrais/faux votants du Harry's Bar ont toujours désigné le vainqueur, à deux exceptions près (Lyndon Johnson en 1964 et George W. Bush en 2000). Autant dire que le résultat va être scruté de près. « On ne sait pas trop pourquoi, mais le scrutin chez nous donne une tendance exacte du rapport de force final aux Etats-Unis. Du coup, il arrive que certains stratèges politiques et même des conseillers de la Maison-Blanche nous appellent pour savoir ce qui s'est passé », s'amuse Franz-Arthur MacElhone, le propriétaire des lieux fréquentés jadis par George Gershwin, Scott Fitzgerald ou encore Ernest Hemingway.

 

Hier, c'est l'ambassadrice des Etats-Unis à Paris, Jane D. Hartley, qui a glissé la première son bulletin dans une grande urne blanche posée sur le comptoir. Suivie de près par quelques touristes américains amusés par ce rituel qu'ils ne connaissaient pas forcément. « J'adore l'idée. Moi je choisis Hillary Clinton. Trump est un type détestable, un raciste qui ne donne pas une bonne image de notre pays », se désole David Larsen, ex-gérant d'entreprise dans l'Arizona.

 

Avis partagés

 

Dans la jolie salle en bois du Harry's New York Bar où trônent des affiches électorales des deux candidats et un grand drapeau américain, les avis sont partagés. Originaire de New York, Paddy, qui fait partie d'un groupe de jeunes retraitées, penche, elle, pour Donald Trump. « Les politiciens m'ont tous déçue. Trump c'est un businessman, quelqu'un de différent. Il a promis de régler le problème de l'immigration et saura gérer l'économie d'une façon plus efficace », ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant