Trump ne prône plus l'interdiction des USA aux musulmans-Pence

le
0
    WASHINGTON, 6 octobre (Reuters) - Donald Trump ne défend 
plus l'interdiction totale de l'entrée de musulmans aux 
Etats-Unis, a déclaré jeudi Mike Pence, le candidat républicain 
à la vice-présidence, laissant entendre que le prétendant à la 
Maison blanche était revenu sur l'une de ses propositions les 
plus provocatrices. 
    En décembre dernier, le magnat de l'immobilier, alors en 
lice pour les primaires du Parti républicain, avait prôné "une 
fermeture totale et complète de l'entrée des musulmans aux 
Etats-Unis", après la fusillade meurtrière de San Bernardino, en 
Californie.  
    Cette proposition avait immédiatement été vivement 
critiquée, ses détracteurs dénonçant une mesure discriminatoire 
et une remise en cause de la liberté religieuse pourtant 
inscrite dans la constitution américaine.  
    Ces derniers mois, Donald Trump a expliqué qu'il souhaitait 
suspendre l'immigration en provenance de pays où des activistes 
musulmans sont actifs, sans jamais préciser si cette proposition 
se substituait à sa position initiale. 
    Jeudi, Mike Pence a déclaré dans des entretiens télévisés 
que s'il était élu le 8 novembre, Donald Trump suspendrait 
l'immigration en provenance "des pays qui ont été compromis par 
le terrorisme". 
    Prié, lors de l'émission "Morning Joe" de MSNBC, de préciser 
si cela équivaudrait à interdire l'entrée du territoire aux 
musulmans, il a répondu: "Bien sûr que non". 
    Sur CNN, un journaliste lui a demandé d'expliquer pourquoi, 
alors qu'il s'était prononcé contre l'interdiction d'entrée des 
musulmans aux Etats-Unis avant de devenir le colistier de Donald 
Trump, il ne s'y opposait pas aujourd'hui, il a répondu: "Eh 
bien, parce que cela n'est pas la position de Donald Trump 
aujourd'hui". 
     
 
 (Steve Holland; sMarc Angrand pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant