Trump mobilise ses troupes en éreintant son adversaire Hillary Clinton

le
0

Le candidat républicain a appelé les supporteurs du candidat malheureux à l’investiture démocrate, Bernie Sanders, à le rejoindre, tout en qualifiant l’ancienne secrétaire d’Etat de « menteuse de classe mondiale ».

Le futur candidat républicain à l’élection présidentielle américaine du 8 novembre, Donald Trump, a enfin tenu, mercredi 22 juin, le discours attendu de longue date par un parti troublé par le style souvent erratique du magnat de l’immobilier. Prononcé à l’aide de ces téléprompteurs qu’il a souvent moqués, ce discours a été concentré sur le plus petit dénominateur commun de familles républicaines sorties plus divisées que jamais d’une interminable course à l’investiture : Hillary Clinton.

Alors que la future candidate démocrate dépeint depuis plusieurs semaines un adversaire « inapte » à la fonction de président par son caractère, le milliardaire a répliqué en instruisant le procès d’une responsable politique coupée des électeurs, prisonnière d’une caste incapable d’apporter les réformes nécessaires. « Elle croit avoir droit » à la présidence, « son slogan de campagne, c’est “je suis avec elle”. Vous savez ce que je réponds à cela ? Je suis avec vous, le peuple américain. Elle pense que tout n’est question que d’elle, je sais qu’il n’est question que de vous », a affirmé le magnat de l’immobilier.

M. Trump n’a pas rompu avec les outrances pour définir sa future rivale, qualifiée de « menteuse de classe mondiale ». « C’est peut-être la personne la plus corrompue à jamais s’être présentée à la présidence », a-t-il ajouté avant d’affirmer que l’ancienne secrétaire d’Etat (2009-2013) avait utilisé la diplomatie américaine comme un « fonds spéculatif personnel, rendant des fav...

Retrouvez cet article sur LeMonde.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant