Trump : «J'ai l'air mieux si je pèse 10 milliards que si j'en vaux 4»

le
1

Le magazine Forbes a calculé que le patrimoine du candidat à la présidence américaine Donald Trump, qui a fait fortune dans l’immobilier, s’élève à 4,5 milliards de dollars. Faux, selon l’intéressé, qui prétend peser beaucoup plus.

Le patrimoine du magnat de l’immobilier est un sujet sur lequel les médias américains passent beaucoup de temps... Le site internet du magazine Forbes estime à 4,5 milliards de dollars la fortune personnelle du magnat de Donald Trump dans le classement qu’il a publié mardi, un chiffre contesté par le candidat à la primaire républicaine. L’homme d’affaires a affirmé à plusieurs reprises que son patrimoine atteignait dix milliards de dollars.

«Après avoir interrogé plus de 80 sources et consacré des ressources inédites à l’évaluation d’un seul patrimoine, nous arrivons à moins de la moitié, 4,5 milliards de dollars, tout en considérant que ce chiffre est le plus élevé que nous ayons jamais eu pour lui», indique Forbes dans un article publié mardi sur son site. «Je suis candidat à la présidentielle. Je pèse beaucoup plus que ça», rétorque, dans le même article, le médiatique milliardaire qui est actuellement en tête des sondages pour les primaires républicaines.

«Je ne présente pas bien, pour être franc. J’ai l’air mieux si je pèse 10 milliards de dollars que si j’en vaux 4», a-t-il ajouté.

Milliardaire depuis les années 80

Le magazine rappelle que l’écart entre les calculs de Forbes et ceux de Trump est une constante depuis qu’il a intégré la famille des milliardaires, durant les années 1980. Le rapport était même initialement du simple au triple, selon les estimations du magazine. Durement affecté par la crise de l’immobilier, Donald Trump a quitté le classement de Forbes de 1990 à 1996.

Les deux diffèrent notamment sur la valeur de la marque Trump, que son équipe évalue aujourd’hui à plusieurs milliards de dollars quand Forbes estime qu’on ne peut lui associer un prix. «Je crois que vous voulez me présenter comme le plus pauvre possible. Vous allez avoir l’air minable», a-t-il dit au magazine. «Forbes est un magazine en faillite, qui ne sait pas de quoi il parle. C’est tout ce que je peux dire, parce que c’est gênant pour moi.»

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M7093115 le mercredi 30 sept 2015 à 11:27

    On s'en tape........