Trump: expulser les étrangers à l'expiration de leur visa

le
0
    DES MOINES, Iowa, 28 août (Reuters) - Donald Trump a dévoilé 
samedi de nouvelles mesures pour endiguer l'immigration 
illégale, annonçant qu'en cas d'élection à la présidence des 
Etats-Unis, il ferait en sorte que les ressortissants étrangers 
soient expulsés du pays à l'expiration de leur visa. 
    Lors d'un discours à Des Moines, dans l'Iowa, le candidat 
républicain a également évoqué la mort d'une proche du joueur de 
la NBA Dwyane Wade, tuée vendredi à Chicago dans une fusillade, 
la décrivant comme un exemple de la violence qui frappe les 
communautés noires et qu'il entend éradiquer s'il est élu. 
    Donald Trump a tenté samedi de préciser son projet de lutte 
contre l'immigration irrégulière, jusqu'à présent marqué par 
l'idée de construire un mur à la frontière mexicaine ainsi que 
la proposition d'interdire de séjour les musulmans. 
    Il a notamment annoncé l'instauration d'un système de 
vérification assurant une rapide expulsion des immigrants après 
expiration de leur titre de séjour ainsi qu'un suivi 
électronique suspendant leur accès à toute couverture sociale ou 
autres prestations. 
    "Je vais ériger un grand mur à la frontière, instituer un 
système national de vérifications en ligne, empêcher les 
immigrés illégaux d'accéder aux prestations sociales et mettre 
au point un système de surveillance pour faire en sorte que ceux 
qui dépassent (la durée de séjour de) leurs visas soient 
rapidement expulsés", a-t-il dit à Des Moines. 
    "Si nous ne faisons pas appliquer les dates d'expiration des 
visas, nous avons une frontière ouverte, c'est aussi simple que 
cela", a poursuivi le candidat du Parti républicain à la 
présidentielle du 8 novembre. 
    Donald Trump a en outre estimé que la lutte contre 
l'immigration illégale était cruciale pour aider les Américains 
à trouver des emplois. 
    "Chaque fois qu'un citoyen Africain-américain, ou tout autre 
citoyen, perd son emploi en faveur d'un immigrant illégal, les 
droits de ce citoyen américain sont bafoués", a-t-il dit. 
     
    PRIORITÉ AUX EXPULSIONS 
    La priorité du candidat, s'il est élu le 8 novembre, sera 
d'expulser dès son entrée au Bureau ovale en janvier, des 
milliers d'immigrants en situation irrégulière, qui restent dans 
le pays en dépit d'activités criminelles, a-t-il déclaré. 
    "Ces gangs et ces cartels internationaux appartiendront au 
passé. Leur règne de terreur prendra fin. Dans cette tâche, nous 
nous rangerons toujours du côté de la protection du peuple 
américain. Nous utiliserons la législation en matière 
d'immigration pour prévenir ces crimes, et nous n'attendrons pas 
qu'un nouvel américain innocent ne soit blessé ou tué pour 
agir", a-t-il poursuivi. 
    Le candidat républicain n'a pas précisé comment les migrants 
en situation irrégulière sans aucun lien avec la délinquance 
seraient traités. 
    Tentant à nouveau de courtiser l'électorat noir-américain, 
traditionnellement démocrate, sur des promesses d'ordre, Donald 
Trump a déploré la mort de Nykea Aldridge, mère de quatre 
enfants âgée de 32 ans, tuée vendredi après-midi à Chicago par 
des tirs qu'échangeaient deux hommes à proximité. 
    Le maire de Chicago, Rahm Emanuel, un temps directeur de 
cabinet du président démocrate Barack Obama, peine à limiter la 
violence par armes à feu dans sa ville, qui fait chaque semaine 
plusieurs victimes. 
    "C'est déchirant à voir, c'est horrible", a dit Donald Trump 
en référence à la fusillade. "Et cela empire. Cela ne devrait 
pas arriver dans notre pays (...) Nous envoyons nos pensées et 
nos prières à la famille, et promettons de nous battre pour des 
lendemains bien, bien meilleurs", a-t-il dit. 
    Plus tôt, ses tweets sur le sujet avaient été jugés 
insensibles, certains l'accusant de récupérer sans ménagement 
l'incident. 
     
 
 (Steve Holland; Henri-Pierre André et Julie Carriat pour le 
service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant