Trump, Erdogan, Orban... pour Amnesty, les discours «clivants» sont dangereux

le , mis à jour à 10:59
2
Trump, Erdogan, Orban... pour Amnesty, les discours «clivants» sont dangereux
Trump, Erdogan, Orban... pour Amnesty, les discours «clivants» sont dangereux

Loin d'être l'apanage de leaders extrémistes, ces paroles stigmatisantes ont été adoptées «parfois de façon voilée, parfois de façon plus ouverte» par «des partis dits centristes», selon l'ONG. Des dirigeants du monde entier, comme Donald Trump aux Etats-Unis, propagent des discours de haine «diabolisant» certains groupes. Une rhétorique «toxique» qui rend le monde plus dangereux, s'alarme Amnesty international dans son rapport annuel mercredi.

 

Lire. Quand Hollande tire à boulets rouges sur les populistes et Donald Trump

 

«Les discours clivants de Donald Trump, Viktor Orban (Hongrie), Recep Tayyip Erdogan (Turquie), Rodrigo Duterte (Philippines)... s'acharnent sur des groupes entiers de population, les désignent comme boucs émissaires et propagent l'idée selon laquelle certaines personnes sont moins "humaines" que d'autres», dénonce Amnesty international, pour lequel les premiers visés étant les réfugiés.

 

Et de citer le décret anti-immigration fermant temporairement les frontières des Etats-Unis aux réfugiés et aux ressortissants de sept pays à majorité musulmane, suspendu depuis, ou encore l'accord «illégal et irresponsable» conclu entre l'Union européenne et la Turquie, permettant de renvoyer des demandeurs d'asile dans ce pays. 

 

36 pays ont violé le droit international

 

Au total, l'ONG a dénombré 36 pays ayant «violé le droit international en renvoyant illégalement des réfugiés dans des pays où leurs droits étaient menacés».

 

Ces discours de rejet et de haine ont des effets directs sur les droits et libertés, pointe Amnesty : «Des gouvernements ont fait voter des lois qui restreignent le droit d'asile, la liberté d'expression, qui légitiment la surveillance de masse ou donnent aux forces de l'ordre des pouvoirs illimités».

 

Voir aussi. Du Brexit à la victoire de Trump, la vague populiste dans le monde en une carte

 

«Les discours ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M2310631 il y a 9 mois

    Attaquons nos voisins, protégeons des autres, c'est ça la vraie aventure humaine ! Recroquevillons nous et construisons des murs. Ca va surement aider notre planète qui va bientôt porter 10 Mds d'individus. Il y a ceux qui préfèrent protéger les animaux domestiques que les hommes du pays d'à coté.

  • emresibe il y a 9 mois

    @gouda / au moins eux pensent à leurs pays et leurs peuples