Trump : des débuts aussi confus que tonitruants

le
0
Le lobby de la Trump Tower le 15 novembre. Le défilé des prétendants aux postes-clés de l'administration Trump y est incessant.
Le lobby de la Trump Tower le 15 novembre. Le défilé des prétendants aux postes-clés de l'administration Trump y est incessant.

Fidèle à ses habitudes, c'est sur Twitter que Donald Trump a travaillé à dissiper l'impression d'improvisation qui domine, huit jours après son élection. "Sélection de mon cabinet et d'autres postes très organisée. Je suis le seul à connaître les finalistes !" a-t-il écrit mardi soir, après une nouvelle journée de rendez-vous à la Trump Tower de New York. Puis le milliardaire républicain s'est senti obligé de répondre par trois tweets au New York Times, qui a rapporté dans son édition de mercredi que des dirigeants étrangers avaient des difficultés à joindre le prochain président des États-Unis, et que les coups de fil étaient improvisés, Donald Trump ne consultant aucune note diplomatique pour se préparer.

"L'article du défaillant New York Times sur la transition est entièrement faux. Elle se passe vraiment sans problème. Aussi, j'ai parlé à de nombreux dirigeants étrangers", a-t-il écrit peu après 7 heures du matin, en citant la Russie, le Royaume-Uni, la Chine, l'Arabie saoudite, le Japon, l'Australie et la Nouvelle-Zélande. Donald Trump a aussi contesté avoir demandé pour ses enfants une habilitation au plus haut niveau de secret défense.

Dans l'attente d'une conférence de presse

Autre polémique : depuis son élection la semaine dernière, le successeur de Barack Obama a rompu avec la tradition présidentielle consistant à autoriser un "pool" de journalistes à le suivre...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant