Trouver une baby-sitter grâce aux réseaux sociaux

le
0
Une nouvelle génération de sites propose de mettre en relation parents et gardes d'enfants, via Facebook. Une façon pour les parents d'obtenir davantage d'informations sur la nounou qu'ils s'apprêtent à embaucher.

Ils visent à recréer «du bouche à oreille». Une nouvelle génération de sites web mise sur les réseaux sociaux pour mettre en relation parents et gardes d'enfants. Sur le modèle d'Urbansitter aux Etats-Unis, les sites payants* Yoopies et Zenanny, nés l'année dernière, proposent à leurs clients de lier leur compte Facebook à celui qu'ils possèdent sur ces sites de baby-sitting. L'objectif: obtenir davantage d'informations, si possible des recommandations, à propos d'une nounou que l'on s'apprête à engager. «En liant les deux comptes, je peux par exemple voir que Mathilde, amie d'une amie sur Facebook, recourt à telle baby-sitter depuis janvier dernier. C'est un gage de confiance», explique Swann Robbes, cofondatrice de Zenanny. Chez Yoopies, 70% des parents inscrits ont choisi d'y associer leur compte Facebook.

Cette fonctionnalité s'ajoute à toute une palette de nouveaux outils: recherche multicritères, géolocalisation des baby-sitters disponibles aux alentours, mise à disposition du planning des gardes d'enfants chez Zennany... «Le lien avec Facebook est un outil de plus», explique Benjamin Suchar, cofondateur de Yoopies. Une fonctionnalité amenée à se développer: «Pour l'instant, la probabilité de connaître sur Facebook, même indirectement, une personne ayant déjà recouru à une baby-sitter inscrite n'est pas très importante, reconnaît Swann Robbes. Mais dans deux ans, cette fonctionnalité montera en puissance». Yokoro, un autre site de mise en relation créé récemment, développera cette fonction à l'automne.

Garde partagée

Pour l'heure, ces sites utilisent en parallèle d'autres moyens pour gagner la confiance des parents. Zenanny vérifie systématiquement le profil des baby-sitters - leur identité, leurs diplômes, leurs références -, tandis que Yoopies, comme de nombreux sites de mise en relation, table sur les commentaires des inscrits pour apporter un jugement qualitatif sur une candidature. D'ici la fin du mois, les nounous de Yoopies pourront aussi demander à faire certifier leur profil, moyennant 3¤ ou 4¤. Un système proche de celui mis en place chez Bebe-nounou, autre site de baby-sitting, implanté en France depuis 2003.

Car le marché de la mise en relation entre parents et baby-sitters est loin d'être un terrain vierge. Plusieurs sites, aux fonctionnalités moins innovantes, préexistaient à l'arrivée des petits nouveaux. Tous ne s'adressent cependant pas à la même clientèle. Zenanny, par exemple, ne prend pas en charge la garde d'enfants de moins de trois ans. «Les nounous inscrites chez nous n'étaient pas assez qualifiées, explique sa fondatrice. On est spécialistes des sorties d'écoles, pour les enfants de 3 ans à 12 ans». Même stratégie chez Mykid. Les nounous de Yokoro sont principalement des étudiants à la recherche d'un petit boulot. Yoopies, de son côté, élargira bientôt son offre à la garde partagée, pour couvrir tout le spectre de la garde d'enfant, à l'instar de Bebe-nounou, ou de Yoopala, le leader du secteur.

* 1,35¤ pour contacter une baby-sitter ou 6,90¤ pour un accès au site durant 48 heures chez Zennany, 9¤ par mois chez Yoopies

LIRE AUSSI:

» Recruter un baby-sitter étudiant en quelques clics

» Garde d'enfants: la mode des baby-sitters anglophones

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant