Trophée Jules-Verne : Idec Sport et Spindrift 2 sont arrivés

le
0
Trophée Jules-Verne : Idec Sport et Spindrift 2 sont arrivés
Trophée Jules-Verne : Idec Sport et Spindrift 2 sont arrivés

Ce vendredi, Idec Sport et Spindrift 2 ont tous les deux bouclé le Trophée Jules Verne sans battre le record détenu par Loïc Peyron, réalisé en 2012. Spindrift 2, barré par Yann Guichard, a tout de même fini avec le deuxième temps de l'histoire, alors qu'Idec Sport a mis à peine quatre heures de plus pour boucler son tour du monde.

C'est sûr, le record de Loïc Peyron, réalisé en 2012, ne tombera pas cette année. Les deux bateaux engagés dans le Trophée Jules Verne, Spindrift 2 et Idec Sport, ont franchi la ligne d’arrivée ce vendredi après près de 29 000 milles parcourus (54 000 kilomètres).
Barré par Yann Guichard, le trimaran Spindrift 2 a passé la ligne d’arrivée à 16h01 après 47 jours 10 heures 59 minutes et 2 secondes. Le bateau a ainsi terminé avec le deuxième temps de l’histoire, avec un retard de 1 jour 21 heures 16 minutes et 9 secondes sur le record de Peyron.

Après l’arrivée, le skipper Yann Guichard montrait sa volonté de retenter bientôt l’aventure : « Ce Trophée Jules Verne, c’est la série des premières pour moi ! Autour du monde, au passage des trois caps, avec autant de jours au compteur… Et j’ai vraiment envie d’y retourner. Le bateau est parfaitement adapté à ce programme : il faudra juste que la météo soit avec nous. »

Peu après Spindrift 2, l’autre bateau engagé dans le Trophée Jules Verne est aussi arrivé. Idec Sport est arrivé de son côté après 47 jours 14 heures et 47 minutes de course, soit le troisième temps de l’histoire. Mais Francis Joyon et ses cinq compagnons d’équipage auront bataillé jusqu’au bout pour terminer ce tour du globe. La veille, Idec Sport a heurté un OFNI qui a cassé le safran, bien que cette nouvelle péripétie n’empêche pas le bateau d’arriver à bon port.

Francis Joyon se montrait lui aussi positif malgré l’échec dans la course au record : « On a vraiment bien fonctionné ensemble, on s’est bien entendus. Nous étions assez complémentaires : nous étions plusieurs navigateurs solitaires embarqués ensemble sur un bateau d’équipage et ça a fait un bon mélange. On s’est donnés énormément sur le bateau, encore la nuit dernière, où il y a eu des grains à 48 noeuds. J’ai la voix un peu fatiguée mais c’est vrai que la nuit a été sans aucun repos à manœuvrer sans cesse dans des grains, à se bagarrer… mais on faisait tout avec bonne humeur, avec plaisir ! Un moment cette nuit, Bernard a été projeté violement à travers le bateau, c’était vraiment brutal… Repartir ? Si on pouvait refaire une navigation en équipage avec ce bateau ce serait volontiers ensemble, oui ! On est tous sur un sentiment très positif par rapport à ça ! »

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant