Trop tôt pour parler du titre ?

le
0
Trop tôt pour parler du titre ?
Trop tôt pour parler du titre ?

L'argent ne fait pas tout. En particulier dans le football. L'AS Monaco semble pourtant armée comme jamais pour atteindre les cimes de l'Europe, côtoyées entre la fin des années 1990 et la fameuse finale de la Ligue des Champions perdue en 2004 face au FC Porto. Avec près de 150 millions d'euros investis (dont Radamel Falcao pour 60 M? et James Rodriguez pour 45 M?) déjà après un mois de Mercato, le club de la Principauté peaufine actuellement son effectif avec l'arrivée officialisée lundi en défense d'Eric Abidal. « On est ici pour construire une grande équipe. On n'est pas là pour une saison », a clamé Dmitri Rybolovlev, un président tout sourire lundi, lors de la présentation de Ricardo Carvalho, Nicolas Isimat-Mirin, Jérémy Toulalan et donc Eric Abidal « Pour être champion, il ne faut pas forcément mettre des noms sur un papier. C'est un collectif et il va falloir que ça joue bien », prévient à bon escient Toulalan.

Chelsea, le mauvais exemple

Roman Abramovich peut en témoigner? L'homme d'affaires russe avait repris les rênes de Chelsea en 2003 contre la modique somme d'environ 200 millions d'euros. Premier propriétaire étranger à investir massivement sans contrepartie, Abramovich a pourtant dû attendre deux ans avant de soulever ses premiers trophées (une Premier League et une Coupe de la Ligue en 2005). La première saison avait néanmoins été marquée par une deuxième place en championnat sous la houlette d'un certain Claudio Ranieri? Les Blues, qui ont dépensé beaucoup d'argent pour accueillir Glen Johnson et Joe Cole, avaient eu le malheur d'être tombés sur les « Invincibles » d'Arsenal, sacrés après une saison en Premier League vierge de toute défaite? En Ligue des Champions, les coéquipiers de Claude Makelele et William Gallas ont eu moins d'excuses puisqu'ils sont tombés en demi-finales face à? l'AS Monaco de Didier Deschamps.

Manchester City et le PSG n'ont pas fait mieux?

En Angleterre, Manchester City a également hérité du statut de « nouveau riche » lorsque le club mancunien a été racheté lors de l'été 2008 par un fonds d'investissement d'Abu Dhabi. Point d'orgue de la démesure : Robinho arrivé pour 42 millions d'euros en provenance du Real Madrid lors du dernier jour du Mercato. Un pari manqué alors que l'hiver suivant débarquent Shay Given, Wayne Bridge, Craig Bellamy ou encore Nigel de Jong, des joueurs de haut standing mais un cran en dessous des recrues monégasques de cet été. Le bilan de cette première saison est très médiocre puisque City dispute « seulement » les quarts de finale de la Coupe de l'UEFA et ne termine qu'à une triste dixième place en championnat? Le bilan de la première saison du nouveau PSG, racheté par QSI à l'été 2011, n'est guère plus glorieux puisque le club parisien, qui a notamment acheté Javier Pastore, Jérémy Ménez, Blaise Matuidi ou encore Salvatore Sirigu, est battu sur le fil par Montpellier, sacré à la surprise générale champion de France. La malédiction va-t-elle se poursuivre ? Réponse dans environ dix mois?

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant