Trop de CO2 affaiblirait nos capacités mentales

le
0
Une concentration de CO2 intérieur trop importante aurait un impact négatif sur nos mécanismes de pensée.
Une concentration de CO2 intérieur trop importante aurait un impact négatif sur nos mécanismes de pensée.
L'augmentation perpétuelle des rejets carbone altèrerait aussi nos mécanismes de pensée...

Le réchauffement climatique, qui selon les experts du GIEC (Groupe intergouvernemental d'experts sur l'évolution du climat), entre autres, tient en grand partie sa source dans la hausse des émissions de gaz à effet de serre d'origine anthropique, entraîne notamment la fonte de la banquise, des précipitations et des chutes de neige plus abondantes l'hiver dans les contrées tempérées (eh oui), des vagues de sécheresse et sans doute une intensification et une multiplication des catastrophes naturelles. Même si des chercheurs de la NASA ont observé une légère baisse entre début 2010 et le milieu de l'année écoulée, il provoque également une hausse globale du niveau des mers, posant la question de la survie même des pays insulaires. Et les spécialistes de redouter en conséquence une augmentation effrayante du nombre de réfugiés climatiques à moyen terme.
De moins en moins contesté, à tout le moins par les jeunes générations et dans notre pays, le phénomène participe aussi activement à l'érosion de la biodiversité, au point qu'il pourrait avoir raison de certaines espèces qui accusent d'ores et déjà une baisse préoccupante de leurs effectifs. Ses répercussions sur l'espèce humaine, elles, sont à ce stade encore difficiles à appréhender, quand bien même la communauté scientifique a alerté qu'une hausse des températures moyenne supérieure
Lire la suite
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant