« Trop attentistes » « On peut avoir pas mal d'interrogations »

le
0
« Trop attentistes » « On peut avoir pas mal d'interrogations »
« Trop attentistes » « On peut avoir pas mal d'interrogations »

JACQUES SANTINI a disputé, lui aussi, un Euro à la tête des Bleus, en 2004 au Portugal. Lui aussi avait remporté difficilement, et dans les dernières minutes, le premier match (2-1 contre l'Angleterre) avant d'enchaîner par un nul compliqué contre la Croatie (2-2). Il avait ensuite battu... la Suisse lors du troisième match (3-1). Eprouvez-vous du soulagement après ce succès acquis sur le fil  ? JACQUES SANTINI. Cette victoire est quand même méritée au vu de la seconde période. Mais la première a vraiment été ratée. Il y a eu des choix effectués par Didier Deschamps plus psychologiques que technico-tactiques afin de montrer que personne n'est indispensable dans cette équipe. Après le repos, la France est revenue à des choses qu'elle travaille depuis deux ans. Mais il reste pas mal de doutes. Qu'avez-vous pensé des prestations de Coman et Martial  ? Ce sont des joueurs censés apporter de la percussion. En première période, j'aurais aimé les voir « manger la ligne de touche » afin de provoquer les adversaires en duels individuels. Au lieu de ça, ils ont le plus souvent récupéré des ballons dos au but sans pouvoir exploiter leurs qualités naturelles, qui sont la vitesse et la puissance. De toute façon, quand on fait ce type de paris avec ce type de joueurs, il y a des jours où cela fonctionne très bien et d'autres moins. C'est très aléatoire. On ne sent toujours pas les Bleus libérés dans cet Euro... Indéniablement, ils ressentent la pression de jouer à domicile. Et ils ne réussissent pas à emballer les matchs. Certes, on peut se rassurer par notre capacité à l'emporter dans les derniers instants. Mais est-ce une force ou une faiblesse de s'en remettre à cette caractéristique  ? Je vois les supporteurs français contents après la victoire. Je ne suis pas sûr que le staff soit du même avis. On peut être ravis, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant