Troisième procès pour Yvan Colonna

le
0
Il comparaît depuis lundi devant la cour d'assises spéciale de Paris pour l'assassinat du préfet Érignac.

À 10h50 s'ouvre la porte du box de la cour d'assises de Paris. Dans la coulisse se découpe la solide silhouette d'Yvan Colonna, 51 ans, bras croisés. D'un pas décidé, il prend la place qu'il a déjà occupée pendant ses deux précédents procès. Cheveux moins ras que la dernière fois, à peine grisonnants, il pose dans un geste familier ses avant-bras sur la rambarde de bois. Une alliance scintille à son annulaire gauche.

Le jeune marié regarde souvent sa femme, assise dans la salle à côté de son père. Stéphanie Colonna est une jolie brune qui ne fait pas ses 38 ans. Elle échange avec son mari, épousé en prison, des ½illades pétillantes. Tout à l'heure, à la suspension, les gendarmes lui laisseront prendre sa main et lui parler quelques instants.

Lors de son dernier procès, Yvan Colonna était apparu comme un chef, interdisant à sa famille de témoigner, prenant à partie le président, quittant l'audience en cours de route. Aujourd'hui, c'est en pâtre se

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant