Troisième débat de la primaire à droite : nous avons noté les candidats

le
0
Troisième débat de la primaire à droite : nous avons noté les candidats
Troisième débat de la primaire à droite : nous avons noté les candidats

Le jury a délibéré. Le service politique du «Parisien» - «Aujourd'hui en France» a noté la prestation de chacun des candidats de ce troisième débat de la primaire de la droite selon cinq critères. La précision, le style, le fair-play, la meilleure formule et la combativité. Chaque journaliste a proposé une note sur dix points. Celle que nous vous proposons résulte donc d'une moyenne.

 

 

 

6/10. Jean-François Copé : Marginal

Jean-François Copé est toujours pugnace. Il cible Nicolas Sarkozy, pointant les engagements de 2007 qui n’ont pas été tenus, rappelant la défaite de 2012 et lui reprochant les 42 000 postes de militaires supprimés pendant son quinquennat. Sur l’Europe, il met en garde contre « l’usine à gaz » que serait, selon lui, la tentative de vouloir refaire voter les peuples sur un nouveau traité européen. Il défend sa volonté de gouverner par ordonnances. Mais la combativité de Copé, toujours marginalisé dans les sondages, apparaît un peu vaine.

 

6,5/10. Nicolas Sarkozy : Défensif

Nicolas Sarkozy est pris de court dès les premières minutes. Alors qu’il est interrogé sur les récentes accusations d’un possible financement libyen de sa campagne de 2007, il surjoue l’indignation. Par la suite, il peine à s’imposer, même lorsqu’il martèle ses nouveaux thèmes de prédilection, comme l’assistanat. « Présidentiel » sur la partie internationale, où il fait parler son expérience, il est sur la défensive sur les autres. Ses concurrents ne lui tapent plus dessus. Résultat : il n’a plus l’air d’être au centre du jeu. Presque effacé.

 

6,5/10. Alain Juppé : Terne

Pour Alain Juppé, ce dernier débat s’annonçait crucial. Car s’il reste favori, son avance dans les sondages s’effrite au bénéfice de François Fillon qui profite d’une dynamique en cette fin de campagne. Hier, dans un débat plus poussif que le précédent, Juppé s’est montré ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant