Troisième âge : le vrai-faux retour des béguinages

le
0
Les communautés de seniors se présentant comme des béguinages modernes se multiplient en Europe (photo d'illustration).
Les communautés de seniors se présentant comme des béguinages modernes se multiplient en Europe (photo d'illustration).

Depuis la fin des années 1990, on voit poindre partout en France des « résidences de seniors » se réclamant de ces communautés médiévales connues sous le nom de « béguinages », particulièrement connues en Belgique et dans le nord de la France. Associant vie conviviale et loyer peu onéreux, ce type d'habitat attire de plus en plus de seniors en quête d'une alternative à la maison de retraite. Mais en quoi ces résidences se rattachent-elles au mouvement béguinal tel qu'il est apparu à la fin du Moyen Âge ? Qu'ont-elles en commun avec lui ? Y aurait-il une logique mercantile sous-tendant cet engouement soudain pour la vie béguinale ?

Un mouvement apparu dès la fin du XIIe siècle

Apparu à la fin du XIIe siècle, vraisemblablement dans les Pays-Bas méridionaux, le mouvement béguinal se propagea rapidement puisqu'on vit bientôt émerger des communautés bien au-delà : en Angleterre, à Paris, dans la région de Cologne, etc. Ces communautés étaient, au départ, plutôt informelles : quelques femmes veuves ou célibataires se regroupaient pour vivre leur foi et suivre le Christ d'un même pas. Mais, très vite, le mouvement béguinal, victime de son succès, s'organisa plus solidement.

Ce mouvement se structura en deux grands « types » de béguinages : le premier ? les « couvents » ? accueillait quelques béguines qui vivaient ensemble sous la direction d'une « magistra »...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant