Trois Tillie, deux sports...

le , mis à jour à 07:00
0
Trois Tillie, deux sports...
Trois Tillie, deux sports...

Au milieu du stade Maracana, Kevin Tillie n'a pas raté son « family selfie » pendant la cérémonie d'ouverture. Il faut dire que l'instant était rare. Le volleyeur tricolore, 26 ans, partage en effet les Jeux cariocas avec Laurent, 52 ans, son sélectionneur de père, et Kim, 28 ans, son basketteur de frère... Une grande première pour les fistons. Pas pour le paternel, ex-international de volley, déjà présent en 1988 puis 1992. Cette année-là, il avait partagé son expérience barcelonaise avec... son frère Patrice, ex-joueur de water-polo ! « C'est un moment exceptionnel. Je sais ce que c'est puisque je l'ai vécu avec Patrice, souffle Laurent. Je suis très fier d'eux car ils ont vraiment dû travailler dur pour en arriver là. »

Blessé à un tendon avant les Jeux, Kevin, le réceptionneur-attaquant des Bleus, n'a pris aucun risque pour ne pas rater une fête qu'il attend depuis quatre ans. « J'ai vu des photos à la maison de mon oncle et mon père en tenue de cérémonie, explique-t-il. Quand j'étais petit, c'était un rêve pour moi de participer aux Jeux, mais les faire avec mon frère et mon père, c'était presque inimaginable. » D'autant qu'il a fallu jongler entre les relations père-fils et entraîneur-joueur... ou vice-versa. « Comme il n'a jamais voulu que j'aie de traitement de faveur, il a même essayé que ce soit un peu plus dur pour moi, poursuit Kevin. Il y avait plus de pression. Aujourd'hui, chacun a trouvé sa place, même s'il considère qu'il a moins besoin de me parler qu'aux autres. » Kim, lui, a rompu la lignée familiale en traquant les paniers, tout comme Killian, 18 ans, le petit dernier qui prend déjà date pour 2020. « On va pouvoir passer plein de temps ensemble, savoure l'ailier de Vitoria (Esp), alors que Kevin évolue en Pologne. C'est fabuleux. » Coté résultats, ça l'est moins pour l'instant. Les Tillie version volley ont été balayés hier par l'Italie (3-0, lire page 16) alors que ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant