Trois Syriens arrêtés pour un projet d'attentat en Allemagne

le , mis à jour à 19:09
0
    * Arrestations consécutives aux aveux d'un Syrien qui s'est 
livré aux autorités françaises 
    * La cellule travaillait sur un projet d'attentat à 
Düsseldorf suivant un mode opératoire proche des attaques du 13 
novembre à Paris 
    * L'Allemagne visée par l'EI dès 2014 
 
    par Michelle Martin 
    BERLIN, 2 juin (Reuters) - Trois ressortissants syriens 
soupçonnés de liens avec l'Etat islamique ont été arrêtés en 
Allemagne pour un projet d'attentat à Düsseldorf commandité par 
l'Etat islamique (EI), a déclaré jeudi le parquet fédéral, 
confirmant une information donnée par le Spiegel sur son site 
internet. 
    Les trois suspects arrêtés, Mahood B., Hamza C. et 
Abderahman A.K., âgés de 25 à 31 ans, ont été appréhendés dans 
trois Länder différents, la Rhénanie du Nord-Westphalie, le 
Brandebourg et le Bade-Wurtemberg. 
    Selon le parquet fédéral, leur arrestation est la 
conséquence des aveux passés par un quatrième suspect, un Syrien 
de 25 ans, Saleh A., qui s'est livré aux autorités françaises le 
1er février dernier à Paris.  
    C'est lui qui a révélé les informations qui ont conduit au 
démantèlement de cette cellule djihadiste. Saleh A. est toujours 
en détention provisoire en France. L'Allemagne va demander son 
extradition, ont ajouté les procureurs. 
    D'après les enquêteurs, deux des suspects, Hamza C. et le 
"repenti" Saleh A., ont rejoint les rangs de l'Etat islamique en 
Syrie au printemps 2014. L'organisation djihadiste leur a confié 
la charge de commettre un attentat à Düsseldorf et les a 
transférés en mai 2014 en Turquie. De là, selon les enquêteurs 
allemands, ils ont regagné séparément l'Allemagne via la Grèce 
en mars et en juillet 2015. Au début de l'année, ils ont 
convaincu Mahood B. puis Abderahman A.K. de participer à leur 
projet. 
     
    CRAINTES CONFIRMÉES 
    Ces arrestations, un peu plus de deux mois après les 
attentats de Bruxelles, confirment les craintes des autorités 
allemandes qui redoutent que l'Allemagne devienne à son tour la 
cible d'attentats. 
    Selon les services de renseignement allemands, des membres 
de l'organisation Etat islamique se sont glissés parmi les 
migrants qui ont traversé l'Europe pour se rendre en Allemagne. 
    Les accusations lancées contre les trois hommes intéressent 
d'autant plus les enquêteurs qu'elles laissent entendre que 
l'Etat islamique a déployé des membres pour attaquer l'Allemagne 
dès 2014. 
    Les autorités allemandes ont déclaré le mois dernier 
enquêter sur une quarantaine de cas de membres présumés de 
l'Etat islamique qui seraient entrés depuis l'été dernier. 
  
    Le parquet dit penser qu'Abderahman A.K. a un temps 
appartenu au Front al Nosra, l'émanation syrienne d'Al Qaïda, 
pour qui il fabriquait des ceintures d'explosifs avant d'être 
envoyé en Europe par les dirigeants de l'Etat islamique. 
    Selon les déclarations de Saleh A., deux des assaillants se 
seraient fait exploser sur l'Heinrich-Heine-Allee, une artère 
très fréquentée du centre-ville de Düsseldorf. D'autres auraient 
ouvert le feu sur les piétons, suivant ainsi le mode opératoire 
retenu à Paris par les commandos du 13 novembre. 
    Il n'y a toutefois à ce stade aucune preuve que le projet 
était entré dans une phase préparatoire. 
    "L'Allemagne, comme d'autres pays européens, se trouve dans 
le viseur du terrorisme international", a déclaré un 
porte-parole du ministre allemand de l'Intérieur, Thomas de 
Maizière. 
    "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour empêcher 
le terrorisme et protéger le peuple en Allemagne", a ajouté le 
ministre de la Justice, Heiko Maas. 
 
 (avec Noah Barkin; Jean-Stéphane Brosse, Henri-Pierre André et 
Nicolas Delame pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant