Trois suicides en deux heures dans la police parisienne

le
0

PARIS (Reuters) - Deux policiers affectes a Paris et en proche banlieue se sont suicides et un troisieme a attente a ses jours en l'espace de deux heures jeudi, a-t-on appris a la prefecture de police.

Le gardien de la paix qui a tente de mettre fin a ses jours est en etat de mort clinique.

Des enquetes ont ete ouvertes pour determiner les mobiles des trois gardiens de la paix, mais les premieres informations font etat de drames personnels et familiaux.

"C'est une serie noire qui a provoque une onde de choc a la prefecture de Police", a dit un responsable a Reuters.

Nicolas Comte, secretaire general du syndicat Unite SGP police, souligne qu'au-dela des drames personnels, le metier de policier "est un accelerateur du passage a l'acte".

"Le stress permanent peut amener des femmes et des hommes aux pires extremites, a partir du moment ou ils se retrouvent en crise sur le plan personnel ou familial", dit-il dans un communique.

La serie noire a debute quand un gardien de la paix en poste dans le Val-de-Marne a tente de mettre fin a ses jours "a l'aide de son arme de service" dans une voiture de police dans le XIXe arrondissement de Paris. Il est en etat de mort cerebrale, selon la prefecture.

Un autre a tue son epouse chez lui a Chevilly-Larue, egalement dans le Val-de-Marne, avant de retourner son arme de service contre lui. Un troisieme a ete retrouve pendu a son domicile au Pre-Saint-Gervais, en Seine-Saint-Denis.

Ces faits se sont deroules entre 08h00 et 10h00.

Fin 2010, le ministere de l'Interieur avait decide de s'attaquer au taux alarmant des suicides dans la police francaise, qui est l'un des plus eleves des pays occidentaux.

Le risque de suicide y est superieur de 36% a celui du reste de la population francaise, selon l'etude qu'il a commandee a l'Institut national de la sante et de recherche medicale (Inserm) et a laquelle Reuters a eu acces.

Le taux de suicide dans la police est en moyenne de 32,4 pour 100.000 agents, un taux presque deux fois plus important que celui enregistre a France Telecom, qui a mis en oeuvre en 2010 un train de mesures apres une vague de suicides.

Depuis 2005, 40 a 55 policiers ont mis fin a leurs jours chaque annee en France.

Alors que la majorite des syndicats de police mettent en cause la "politique du chiffre" instauree par Nicolas Sarkozy depuis 2002, des specialistes des questions de securite doutent de la volonte de l'administration d'aller au fond des choses.

"Il risque d'y avoir une mise en cause du management, ce que le ministere veut eviter", estimait au debut de l'annee Marc Louboutin, un ancien lieutenant de police auteur du livre "Flic, c'est pas du cinoche" evoquant le malaise policier.

Gerard Bon, edite par Gilles Trequesser

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant