Trois pistes pour lier salaires et bénéfices

le
0
INFO LE FIGARO - De retour sur le thème du pouvoir d'achat, Nicolas Sarkozy n'exclut pas une prime obligatoire en cas de dividendes.

Il était temps de parler d'autre chose que d'immigration et de sécurité. Bien que sur les terres auvergnates de son ancien ministre de l'Intérieur - son «meilleur ami» Brice Hortefeux, ostensiblement bien traité -, Nicolas Sarkozy en est revenu jeudi au pouvoir d'achat. Thème sur lequel il a été élu, et qui reste un sujet majeur de préoccupation des Français. Après le blocage des prix du gaz, après le «panier des essentiels» de Frédéric Lefebvre, il a remis sur la table une de ses marottes : le partage de la valeur.

Le chef de l'État souhaite «un système qui fait qu'au moment où on augmente ce qu'on donne aux actionnaires (...), les salariés en aient une partie aussi». Et de marteler : «Que des entreprises gagnent de l'argent, tant mieux ! Mais je ne peux pas accepter que pour les entreprises du CAC 40 on ait pu distribuer plus de 80 milliards (...) et que, en même temps, on explique qu'il n'y a pas d'argent pour les salaires.» Le président rê

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant