Trois morts en trois jours sur les pentes de l'Everest

le
0
    KATMANDOU, 23 mai (Reuters) - Un alpiniste indien faisant 
partie d'une expédition commerciale est mort dimanche sur les 
pentes du Mont Everest, devenant la troisième victime en trois 
jours sur le toit du monde où les ascensions ont repris il y a 
moins de deux semaines. 
    La mort de Subash Paul, qui était âgé de 43 ans, a été 
annoncée lundi par la compagnie Trekking Camp Nepal, qui 
organisait l'expédition. Un de ses représentants a précisé que 
l'alpiniste avait atteint le sommet de l'Everest samedi. Il est 
mort de fatigue le lendemain pendant la redescente vers le camp 
de base. 
    Deux autres alpinistes, un Néerlandais de 36 ans et une 
Australienne de 34 ans, ont trouvé la mort dans des 
circonstances similaires. Eric Ary Arnold et Maria Strydom 
faisaient partie d'une autre expédition commerciale, organisée 
par la compagnie Seven Summits Treks, basée à Katmandou. Le 
premier est mort vendredi, la seconde samedi. 
    Deux autres grimpeurs indiens sont également portés disparus 
depuis samedi. Leurs chances de survie sont infimes. 
    Ces trois décès survenus dans un laps de temps aussi réduit 
suscitent des interrogations sur le degré de préparation des 
clients et sur le respect des règles de sécurité par les 
compagnies qui organisent les expéditions commerciales vers 
l'Everest. 
    Ce secteur d'activité, de grande importance pour l'économie 
du Népal, tente de se relancer rapidement après une période 
noire: le plus haut sommet du monde, à 8.850 mètres, a en effet 
été interdit de fait d'accès pendant près de deux ans. 
    Cour sur coup, une avalanche au printemps 2014, fatale à 
seize sherpas qui équipaient la "cascade de glace" sur le 
glacier du Khumbu, passage-clef de la voie normale, puis le 
tremblement de terre d'une magnitude de 7,8 qui a balayé une 
partie du Népal en avril 2015, dévastant notamment le camp de 
base de l'Everest où 18 personnes au moins ont péri, ont stoppé 
les ascensions. 
    Depuis leur reprise, le 11 mai  , quelque 350 
alpinistes sont arrivés au sommet de l'Everest depuis son 
versant népalais. Plusieurs autres ont réussi l'ascension sur 
son versant tibétain. 
    La fréquentation est traditionnellement importante au mois 
de mai sur les pentes de l'Everest, en pleine haute saison, 
avant l'arrivée des pluies et des neiges de mousson en juin.  
    De véritables files d'attente se forment sous le sommet, le 
long des cordes fixes qui courent le long de l'itinéraire, 
retardant les cordées et exposant les candidats à l'ascension à 
un séjour prolongé à très haute altitude, dans ce que les 
himalayistes nomment "zone de la mort".  
    A plus de 8.000 mètres d'altitude, la survie est limitée du 
fait de la raréfaction de l'oxygène et du froid intense qui y 
règne. 
 
 (Gopal Sharma avec Jarni Blakkarly à Melbourne; Henri-Pierre 
André pour le service français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant