Trois morts dans les violences au Kurdistan irakien

le
0

(Actualisé, communiqué du PDK, contexte) ERBIL, Irak, 10 octobre (Reuters) - Trois personnes ont été tuées samedi dans la province de Souleimaniyeh, au Kurdistan autonome irakien, où des manifestants ont attaqué dans plusieurs villes des bureaux du Parti démocratique du Kurdistan (PDK), la formation du président Massoud Barzani. Le mandat présidentiel de Barzani s'est achevé le 20 août dernier mais aucun accord n'a pu encore être trouvé sur le nom de son successeur. Deux personnes ont été tuées par balles dans la ville de Kalar après l'attaque du siège local du PDK, selon une source médicale et un membre des services de sécurité. Une troisième a péri dans l'incendie du bureau du parti à Kaladize, a déclaré le directeur adjoint de l'hôpital local. En deux jours, ces violences ont fait cinq morts. Les manifestations ont commencé le 1er octobre lorsque les enseignants et d'autres salariés du secteur public sont descendus dans la rue pour réclamer au gouvernement régional le versement des salaires, en retard de trois mois. Mais les manifestations ont pris un cours violent vendredi, quand des manifestants ont attaqué un bureau du PDK à Kaladize. Samedi, des jeunes manifestants ont également lancé des pierres sur un immeuble du PDK à Saïd Sadik, où des magasins ont été pillés. Dans la capitale provinciale, Souleimaniyeh, le siège de la chaîne de télévision Rudaw, considérée comme proche du PDK, a été attaqué. Dans un communiqué, le PDK accuse un autre parti kurde, Gorran (Parti pour le changement), d'être responsable de ces violences. La province de Souleimaniyeh est contrôlée par l'Union patriotique du Kurdistan (UPK) et par Gorran, deux formations rivales du PDK pour la présidence du Kurdistan irakien. Le PDK accuse dans son communiqué l'UPK de n'avoir rien fait pour protéger ses bureaux. Dans les provinces d'Erbil et de Douhok, dominées par le PDK, les mesures de sécurité ont été renforcées autour des bureaux de l'UPK et de Gorran pour éviter des représailles. (Isabel Coles; Danielle Rouquié et Guy Kerivel pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant