Trois jours de quarantaine en Sierra Leone pour endiguer Ebola

le
0

FREETOWN, 19 septembre (Reuters) - La Sierra Leone a entamé vendredi une période de trois jours de quarantaine nationale afin de lutter contre la propagation de l'épidémie de fièvre Ebola qui a fait 562 morts dans le pays. Les rues de la capitale Freetown, d'ordinaire animées, étaient quasiment vides à l'exception de quelques véhicules de la police et des équipes médicales. Des messages diffusés par les différentes stations de radio appelaient les habitants à demeurer chez eux. Dans une déclaration diffusée par la télévision jeudi soir, le président Ernest Bai Koroma a expliqué: "La vie de chacun est aujourd'hui en jeu, mais nous allons surmonter cette difficulté si nous faisons tout ce qu'il faut faire." "Nous vivons une période exceptionnelle et elle exige des mesures exceptionnelles", a-t-il plaidé. Depuis l'apparition de l'épidémie en Guinée au mois de mars, le virus de la fièvre hémorragique a fait 2.630 morts en Afrique de l'Ouest où 5.357 cas de contamination ont été recensés, principalement au Liberia, en Guinée et en Sierra Leone. Au cours de ces trois jours de quarantaine, près de 30.000 personnels soignants, volontaires et enseignants vont faire du porte à porte dans ce pays de six millions d'habitants afin de délivrer des messages de prévention et d'information et de mieux isoler la maladie. L'initiative a eu un peu de mal à démarrer vendredi, les volontaires du centre médical de Murray Town n'ayant pas reçu leurs "kits" contenant du savon, des autocollants et des imprimés explicatifs. "On risque de ne pas atteindre notre objectif aujourd'hui ou alors il faudra rester après 18h00 ce soir pour y arriver", a commenté un des volontaires. Cette campagne risque d'être accueillie par la méfiance de certaines populations. En Guinée, huit volontaires d'un groupe faisant de l'éducation sanitaire ont été tués récemment dans un village et leurs corps ont été jetés dans les latrines publiques. L'Unicef estime que cette initiative de porte à porte est malgré tout essentielle pour fournir aux populations des informations de nature à leur sauver la vie. L'épidémie a eu pour conséquence de provoquer une flambée des prix des denrées alimentaires qui ont augmenté de 30% en Sierra Leone menaçant de nombreux foyers, a expliqué le secrétaire général de la chambre d'agriculture du pays. "Ce matin, des familles téléphonaient en pleurant à la radio parce qu'elles manquaient de nourriture", a ajouté Ahmed Nanoh. (Umaru Fofana; Pierre Sérisier pour le service français)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant