Trois grands prématurés sont morts en 15 jours au CHU de Caen

le
0
Trois grands prématurés sont morts en 15 jours au CHU de Caen
Trois grands prématurés sont morts en 15 jours au CHU de Caen

Trois décès de bébés grands prématurés en quinze jours. «Le nombre de cas apparus sur une courte période et leur gravité a alerté l'équipe médicale», explique le CHU de Caen ce mardi dans un communiqué, alors que des enquêtes sont en cours. En début d'année, en janvier, l'hôpital a déploré un quatrième décès.

Ce sont donc au total quatre grands prématurés qui sont décédés d'une entérocolite aigüe, une maladie gastrique, au CHU de Caen, depuis le début de l'année, dont trois en deux semaines en avril. Le dernier cas identifié date du 14 avril. Des enquêtes sont en cours «pour déterminer les facteurs ayant favorisé la survenue de ces entérocolites», selon le CHU qui a mis en place une cellule de crise. 

Cinq autres «grands prématurés suivis» au CHU «ont également été pris en charge début avril pour des troubles similaires mais leur état de santé est aujourd'hui satisfaisant», ajoute l'hôpital dans le communiqué.

L'entérocolite aiguë touche exclusivement les grand-prématurésSelon le CHU, l'entérocolite aiguë est une maladie qui touche exclusivement les enfants grand-prématurés. Elle commence par des troubles digestifs. Souvent, après un arrêt alimentaire de quelques jours, l'enfant retrouve un transit intestinal normal, selon l'hôpital. Mais parfois, la maladie peut entraîner des complications plus graves, pouvant conduire à une infection généralisée et même au décès, selon le CHU. «Les services de néonatalogie sont régulièrement confrontés à ce type de complications», selon l'hôpital.

Interrogé par l'AFP, l'Agence régionale de santé (ARS) a précisé que les poches de nutritions, mises en cause dans la mort de trois bébés à Chambéry en 2013, n'étaient pas à l'origine des décès récents des grands prématurés de Caen car ils n'étaient pas nourris de cette façon. L'ARS «a engagé une inspection depuis le 23 avril» et l'Agence nationale de sécurité du ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant