Trois gendarmes tués dans le centre du Mali, le FLM soupçonné

le , mis à jour à 15:25
0
 (Rpt 5e paragraphe mot manquant) 
    BAMAKO, 20 janvier (Reuters) - Trois gendarmes ont été tués 
dans la nuit de mardi à mercredi dans une embuscade tendue près 
de la ville de Mopti dans le centre du Mali, a annoncé le 
ministère de la Défense à Bamako. 
    On ignore pour l'instant qui a mené cette attaque, même si, 
de source militaire malienne, on déclarait sous le couvert de 
l'anonymat qu'elle était le fait du FLM (Front de libération du 
Macina), un groupe salafiste apparu au début 2015. 
    L'attaque près de Mopti est survenue au moment où l'activité 
djihadiste est en recrudescence au Mali et s'étend en Afrique de 
l'Ouest à des régions jusqu'alors considérées comme en-dehors de 
la sphère d'opération des activistes. 
    Le FLM, de concert avec Aqmi (Al Qaïda au Maghreb 
islamique), avait revendiqué l'attaque le 20 novembre d'un hôtel 
chic de la capitale malienne Bamako, le Radisson Blu, qui avait 
fait 20 morts. 
    De leur côté, des responsables de l'Onu et français ont 
catégoriquement démenti que le groupe islamiste Ansar Dine ait 
mené, comme il l'a affirmé, deux attaques meurtrières contre 
leurs convois depuis le 15 janvier dans la région de Kidal, dans 
le Nord malien. 
    Le gouvernement malien cherche actuellement à mettre en 
oeuvre un accord de paix conclu en juin avec deux groupes armés 
laïques touaregs basés dans le nord du Mali. 
    Son application a été bloquée par des récriminations 
mutuelles entre signataires, et des discussions se sont ouvertes 
à Alger cette semaine pour permettre que l'accord soit enfin mis 
en oeuvre. 
 
 (Tiemoko Diallo et Adama Diarra; Eric Faye pour le service 
français) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant