Trois «flèches» pour relancer la zone euro

le
0

Alors que les économies américaine et britannique reprennent des couleurs, la zone euro demeure encore hantée par le spectre de la déflation, à l'image du Japon des années 90, de sinistre mémoire. Quel que soit le destin des « Abenomics » au Japon, les responsables politiques européens devraient eux aussi se doter de trois « flèches » pour remettre la zone euro sur le chemin d'une reprise durable.

Première flèche : la poursuite d'une politique monétaire accommodante

Il y a deux ans, Mario Draghi, président de la Banque centrale européenne, s'engageait à sauver l'euro dans une promesse qui a fait date. Grâce à ses propos, suivis par l'annonce - certes tardive - d'une politique monétaire accommodante, la question de la survie de l'euro n'est plus, pour le moment, un sujet de préoccupation. 

Néanmoins, les performances économiques décevantes de la zone euro laissent entrevoir les défis qui restent à relever. Tout comme dans les Abenomics, la première de ces trois flèches devrait être la poursuite d'une politique monétaire accommodante.

Malgré quelques critiques, cette démarche est nécessaire pour prévenir le risque d'une déflation à la japonaise et pourrait même devoir être intensifiée en l'absence d'une direction politique cohérente entre les nations de la zone euro. L'inertie politique pourrait en effet contraindre la BCE à fixer des objectifs minimaux d'inflation, à l'image des seuils maximaux qu'elle appliquait dans le passé. 

Deuxième

Lire la suite sur le revenu.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant