Trois Européens sur quatre ont de la sympathie pour les réfugiés syriens

le
1
    LONDRES, 16 septembre (Fondation Thomson Reuters) - Plus de 
trois Européens sur quatre éprouvent un peu, plutôt ou beaucoup 
de sympathie pour les réfugiés syriens arrivant dans leur pays, 
selon un sondage Ipsos-Mori pour l'ONG International Rescue 
Committee. 
    L'Irlande est en tête du classement, avec 87% des personnes 
interrogées exprimant un peu (20%), plutôt (35%) ou beaucoup 
(33%) de sympathie pour les réfugiés. La Slovaquie arrive à la 
12e et dernière place des pays sondés pour cette étude. 
    En France, qui se classe dixième, 10% des personnes 
interrogées disent exprimer beaucoup de sympathie, 23% plutôt de 
la sympathie et 37% un peu de sympathie, contre 19% déclarant 
n'en avoir pas du tout, les 11% restants ne se prononçant pas. 
    En Allemagne, où la chancelière fédérale Angela Merkel a 
décidé il y a un de mener une politique d'accueil contestée 
jusqu'au sein de son propre parti chrétien démocrate, ils sont 
25% à dire éprouver beaucoup de sympathie pour les réfugiés, 40% 
plutôt et 19% un peu, pour un total de 84%. A l'inverse, 9% des 
Allemands interrogés disent n'éprouver aucune sympathie pour 
eux. 
    L'enquête révèle aussi que moins d'un tiers des quelque 
12.500 Européens interrogés sur leurs principales préoccupations 
liées aux réfugiés considère qu'ils constituent un risque pour 
la sécurité nationale (30%), pèsent sur le système de protection 
sociale (30%) et sur les finances publiques (30%). 
    "Ces résultats montrent que les Européens n'ont pas perdu 
leur âme. Les réfugiés fuient le danger en nombre record et la 
sympathie de l'opinion publique à leur égard en Europe est 
frappante", a commenté David Miliband, qui dirige l'ONG 
International Rescue Committee (IRC) à l'origine de cette 
enquête. 
    L'Europe est aux prises avec la plus grave crise de réfugiés 
de son histoire depuis la Deuxième Guerre mondiale. L'an 
dernier, plus d'un million de personnes fuyant la guerre et la 
pauvreté au Moyen-Orient, en Afrique ou ailleurs sont arrivées 
en Europe, dont 28% en provenance de Syrie, d'après les chiffres 
du Haut Commissariat de l'Onu pour les Réfugiés (HCR). 
    "Au moment où un discours toxique s'est frayé un chemin 
jusque sur la scène politique dominante, il y a là un appel 
évident aux gouvernements pour qu'ils combinent compassion et 
compétence dans leur réponse à la crise des réfugiés", a ajouté 
David Miliband, ancien ministre britannique des Affaires 
étrangères. "La crise des réfugiés est une tragédie humaine mais 
elle ne doit pas nécessairement devenir une catastrophe 
politique." 
    L'étude a été conduite entre les 5 et 22 août dans douze 
pays européens (Allemagne, Danemark, Espagne, France, Irlande, 
Italie, Portugal, République tchèque, Roumanie, Slovaquie, Suède 
et Royaume-Uni) auprès d'un échantillon total de 12.646 
personnes. 
 
 (Umberto Bacchi; Henri-Pierre André pour le service français; 
La Thomson Reuters Foundation est la fondation caritative de 
Thomson Reuters dédiée à la couverture des sujets humanitaires 
et liés aux droits des femmes, à la lutte contre la corruption 
et au changement climatique. http://www.trust.org) 
 
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • ostrevan il y a 8 mois

    désinformation ???