Trois cents millions d'euros pour panser les plaies de Florange

le
0
TROIS CENTS MILLIONS D'EUROS POUR LA LORRAINE
TROIS CENTS MILLIONS D'EUROS POUR LA LORRAINE

PARIS (Reuters) - Jean-Marc Ayrault a présenté mardi un plan pour faire de la Lorraine une "vallée européenne des matériaux innovants", traduction d'une promesse faite aux élus locaux après le sauvetage raté des hauts-fourneaux de Florange à l'automne 2012.

L'Etat et la région investiront ensemble 300 millions d'euros dans ce "pacte" sur la période 2014-2016, a annoncé le chef du gouvernement dans un discours à Matignon, où le mot de Florange n'a cependant pas été prononcé.

"Tout cela pourrait très rapidement, avec l'effet de levier, provoquer un effort d'un milliard et demi d'euros" pour la Lorraine, a estimé le Premier ministre.

Stimuler la recherche, investir dans la filière bois, valoriser l'innovation dans l'agro-alimentaire ou encore accélérer la couverture en haut débit de la région : il s'agit de tourner la page des hauts-fourneaux et de projeter la Lorraine dans un nouveau modèle économique, a expliqué le président de la région, Jean-Pierre Masseret.

Ce dernier a souligné que le plan s'inscrivait dans la politique industrielle du gouvernement et a rejeté l'idée qu'il constituait une contrepartie financière à la fermeture des hauts-fourneaux de Florange.

"Ce pacte n'est pas un acte de réparation qui serait dû à la Lorraine", a jugé l'élu en référence à la crise qui avait failli conduire à la démission du ministre du Redressement productif Arnaud Montebourg, partisan d'une nationalisation du site.

Jean-Marc Ayrault avait désavoué son ministre en tranchant en faveur d'un accord sur l'emploi avec ArcelorMittal qui obtenait le droit de fermer ses hauts-fourneaux en échange d'un investissement dans la rentable phase à froid.

L'épisode de Florange reste particulièrement délicat pour François Hollande qui s'était rendu sur le site pendant la campagne pour l'élection présidentielle et y avait promis qu'il ferait tout pour en assurer la pérennité.

Depuis cette crise, la question d'un retour de François Hollande à Florange revient régulièrement et Jean-Marc Ayrault a assuré que ce serait bien le cas.

"Le président de la République ira sûrement en Lorraine, ce sera aussi pour conforter ce que nous décidons d'engager ensemble" avec le plan pour la région, a-t-il dit.

Une visite à Florange pourrait néanmoins être chahutée.

Les ouvriers d'ArcelorMittal ont fait récemment parler de leur cause en vendant une stèle aux promesses non tenues de François Hollande pour 3.000 euros à un entrepreneur lorrain, qui a décidé de l'offrir au président.

Elle faisait écho à celle dédiée pour des motifs comparables à Nicolas Sarkozy, en 2009, devant l'usine ArcelorMittal de Gandrange, dont une partie des installations venait de fermer.

Julien Ponthus, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant