Trois centrales nucléaires investies par des militants de Greenpeace

le
0
Trois centrales nucléaires investies par des militants de Greenpeace
Trois centrales nucléaires investies par des militants de Greenpeace

Des militants de Greenpeace ont organisé des opérations sur trois sites, deux en France et un en Suisse, pour dénoncer la vétusté de certaines centrales. Originaires de Suisse et de différents pays européens, dont l'Allemagne, l'Autriche et la France, les activistes se sont ainsi mobilisés autour des centrales de Beznau (Suisse), du Bugey (Ain) et de Gravelines (Nord), dont l'ancienneté pour certaines dépasse largement les quarante ans. Ces manifestations symboliques à coup de banderoles barrées du slogan «The End» visait  la fermeture immédiate de ces sites jugés par les militants comme «dangereux». Les manifestations se sont déroulées dans le calme. 

Des militants de Greenpeace manifestent à la centrale du Bugey, dans l'Ain...

Ce mercredi à 7h40, une dizaine de militants, vêtus de combinaisons orange, ont placé deux petits camions devant l'entrée du site nucléaire du Bugey (Ain) pour réclamer l'arrêt de ses réacteurs d'ici à 2018, a-t-on appris auprès de l'organisation de défense de l'environnement. Sur les véhicules, de grands autocollants montraient une centrale en train de se fissurer, au dessus du slogan «The End».

Les activistes, qui ont également déployé des grandes affiches proclamant «Fermez la», ont aussi entrepris de démonter les panneaux d'indication menant à la centrale. «Par cette action symbolique, a déclaré Cyril Cormier, responsable des questions énergie et climat à Greenpeace, nous voulons démontrer l'urgence de la fermeture des sites nucléaires les plus anciens».

«La centrale du Bugey, la plus vieille après celle de Fessenheim (Alsace), aura 40 ans en 2018. Il faut que la future loi sur la transition énergétique prévoie la fermeture des réacteurs nucléaires au-delà de 40 ans de fonctionnement, car il n'est pas raisonnable de les maintenir en activité et de rentrer dans une nouvelle ère de risque en France et en Europe», a-t-il poursuivi. Selon Cyril Cormier, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant