Trois candidats au PS pour la présidence de l'Assemblée

le
4
Trois candidats au PS pour la présidence de l'Assemblée
Trois candidats au PS pour la présidence de l'Assemblée

PARIS (Reuters) - Les socialistes Claude Bartolone, Jean Glavany et Elisabeth Guigou ont annoncé lundi être candidats à la présidence de l'Assemblée nationale, un poste qui semblait promis à Ségolène Royal, battue dimanche en Charente-Maritime.

Le groupe PS se prononcera jeudi pour savoir qui il choisit de soutenir parmi ces trois personnes, et l'élection en séance publique se déroulera le 26 juin. Le siège est promis à la gauche qui détient une large majorité absolue à l'Assemblée.

La course est devenue plus ouverte depuis la défaite de Ségolène Royal, battue par le dissident de gauche Olivier Falorni dans la première circonscription de Charente-Maritime. Elle avait auparavant fait officiellement acte de candidature du "perchoir", pour succéder à l'UMP Bernard Accoyer.

Le Premier ministre Jean-Marc Ayrault avait soutenu la candidature de Ségolène Royal à la présidence de l'institution et avait estimé que la nomination d'une femme serait un symbole important pour un parti engagé dans la parité.

"Je suis candidat à la présidence de l'Assemblée nationale", déclare au Parisien Claude Bartolone, député de Seine-Saint-Denis et ancien ministre de la Ville.

"J'ai tenu à respecter les temps : celui des primaires, celui de la présidentielle, celui des législatives. Nous avons désormais une majorité. Le moment est donc venu de proposer ma candidature", ajoute-t-il dans cet entretien publié lundi.

L'ancienne ministre de la Justice Elisabeth Guigou s'est déclarée lundi "disponible" pour se porter candidate, en précisant que la décision devait être "prise collectivement" par le groupe PS qui doit se réunir jeudi.

GLAVANY SE LANCE AUSSI

Réélu dans sa circonscription des Hautes-Pyrénées, Jean Glavany, ancien ministre de l'Agriculture, a donné une conférence de presse où il a expliqué avoir pris sa décision dimanche soir à l'annonce de son succès.

"Je suis candidat à la présidence de l'Assemblée nationale (...) parce que j'ai la passion du Parlement, parce que je connais cette maison ayant été assistant parlementaire dans les années 70 et député depuis 1993", a-t-il dit.

Selon lui, l'élection de François Hollande offre au Parlement une "occasion inestimable de construire une République exemplaire". "Je veux avec tous les parlementaires être à la pointe de ce combat", a-t-il expliqué.

Jean Glavany, un fidèle de l'ancien président François Mitterrand et de l'ancien Premier ministre Lionel Jospin, a été accusé par Ségolène Royal d'avoir comploté contre elle à La Rochelle, ce qui aurait précipité sa défaite aux élections législatives de dimanche.

Le nom d'une autre ancienne ministre de la Justice, Marylise Lebranchu, avait été également cité, mais cette hypothèse n'est pour l'heure pas confirmée. Elle devrait démissionner de ses fonctions de ministre de la Réforme de l'Etat en cas d'élection.

L'ancien ministre de la Culture, Jack Lang, avait manifesté son intérêt mais il a été battu de justesse dimanche dans la circonscription de Lorraine où il avait été "parachuté".

Jean-Baptiste Vey, avec Thierry Lévêque, Emile Picy, édité par Yves Clarisse

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • dhote le lundi 18 juin 2012 à 17:08

    Personnellement je craignais qu'il n'y ait pas de candidat ,me voilà rassuré....et à dire vrai on s'en fout.

  • j.delan le lundi 18 juin 2012 à 15:05

    Les bons fromages suscitent des vocations ou des appétits, mais personne ne parle de l'intérêt supérieur du pays : moi d'abord, après on verra

  • picokrab le lundi 18 juin 2012 à 14:27

    et Ségolène ? elle avait pourtant dit qu'elle voulait la place

  • price77 le lundi 18 juin 2012 à 13:52

    on s'en fou du moment que ça n'est pas SR