Trois candidats à la reprise de Leroy Somer

le
0
LA BRANCHE MOTEURS ÉLECTRIQUES D'EMERSON INTÉRESSE TROIS CANDIDATS
LA BRANCHE MOTEURS ÉLECTRIQUES D'EMERSON INTÉRESSE TROIS CANDIDATS

FRANCFORT/PARIS (Reuters) - Leroy Somer, la branche moteurs électriques de l'américain Emerson, devrait faire l'objet d'offres fermes de la part de deux groupes chinois ainsi que d'un fonds d'investissement, a-t-on déclaré à Reuters de sources proches du dossier.

L'activité, mise en vente fin avril dans le cadre du recentrage d'Emerson sur ses métiers d'automatisation industrielle et de solutions énergétiques, inclut le britannique Control Techniques, spécialiste des systèmes d'entraînement pour l'industrie minière, les grues ou l'imprimerie, mais surtout Leroy Somer, leader mondial des alternateurs industriels et systèmes d'entraînement, basé à Angoulême (Charente).

Selon les sources, le fonds de private equity Clayton Dubilier & Rice (CD&R), Wolong Electric et un autre groupe chinois mènent actuellement une due diligence et s'apprêtent à déposer des offres finales d'ici la fin du mois car Emerson souhaite choisir un repreneur avant la coupure du mois d'août.

La transaction pourrait atteindre un milliard d'euros, ont ajouté les sources.

Les industriels, auxquels le processus était jusqu'ici cantonné, ont habituellement l'avantage sur les fonds de private equity car ils peuvent dégager des synergies en combinant la société reprise avec leurs propres activités.

Mais CD&R jouit dans ce cas d'un statut particulier car il connaît très bien le métier de Leroy Somer. Un de ses partenaires, James G. Berges, a été vice-président d'Emerson, en charge des activités moteurs et composants. George Tamke, ancien partenaire opérationnel de CD&R, a quant à lui occupé la fonction de co-directeur général d'Emerson.

L'histoire de Leroy-Somer, fondé par Marcellin Leroy, remonte à 1919. La société comptait fin 2015 quelque 29 sites, dont 16 sur le sol français, et employait 7.900 personnes, dont plus de 3.000 dans l'Hexagone.

Le gouvernement français aura sans doute son mot à dire sur le choix du repreneur car si Leroy Somer fournit des moteurs électriques à l'E-Mehari, la voiture électrique fabriquée par PSA à Rennes avec des batteries du groupe Bolloré, il équipe aussi des navires et des sous-marins de l'armée française.

Clayton Dubilier & Rice a refusé de commenter ces informations. Aucun commentaire n'a pu être obtenu dans l'immédiat auprès de Wolong, d'Emerson ou du ministère de l'Economie en France.

(Arno Schütze et Gilles Guillaume, édité par Jean-Michel Bélot)

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant