Trocadéro : de petites peines pour les casseurs

le
0
Les procès en comparution immédiate des casseurs arrêtés lors des violences de lundi soir à Paris ont débuté mercredi.

Ils ont une vingtaine d'années. Assis dans le box des prévenus, la plupart baisse la tête et regarde, hagards, la salle d'audience. Certains gardent encore les stigmates des événements de lundi. Sur leur visage, des bleus ou des ecchymoses entourent leurs yeux fatigués. Patiemment, ils attendent leur tour.

Les avocats vont et viennent au gré des dossiers. Me Jean-Christophe Tymoczko défend l'un d'eux. Son client a vingt ans. Son casier judiciaire est vierge. «Normalement, les procédures de comparution immédiate sont faites pour les délinquants récidivistes, explique le juriste. Mais dans le cas des violences de lundi soir au Trocadéro, il faut croire que le parquet n'a comme possibilité que celle de donner des sanctions immédiates. Histoire de rattraper le caractère non préparé de l'événement.»

Selon lui, ces affaires pourraient êt...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant