Troc de maisons : ils ont testé la formule avec bonheur

le , mis à jour à 09:51
0
Troc de maisons : ils ont testé la formule avec bonheur
Troc de maisons : ils ont testé la formule avec bonheur

Elle est enseignante, lui directeur commercial. Mariés et parents de trois ados de 11, 14 et 17 ans, Françoise* et Philippe avaient l'habitude depuis des années de louer des maisons à des endroits différents pour les vacances. Pour la première fois, cet été, ce couple de Parisiens teste l'échange de maisons, via le site de Guest to Guest. Ils ont ainsi troqué leur 190 m2 près de Barbès contre la belle bâtisse à colombages avec jardin d'Anne-Marie, retraitée de l'Education nationale à Cologne dans le Gers. Rencontre croisée.

 

 

Quelle était votre plus grosse crainte ?

Françoise : « Au départ, je n'étais pas à l'aise à l'idée de livrer notre intimité à des inconnus, et notamment de leur laisser notre lit. C'était un peu absurde. Lorsque je vais à l'hôtel, des tas de gens ont dormi dans le lit avant moi... Mais ce n'est pas mon lit ! »

 

Anne-Marie : « Je suis d'un naturel confiant. Je n'avais donc aucune crainte, d'autant que ce n'est pas ma première expérience. Après Séville au Nouvel An, je suis partie à Paris avec mon petit-fils en février puis au Pays basque avec mon cousin. Je n'ai jamais été déçue ! »

 

 

Avez-vous pris des précautions particulières ?

Françoise : « Par sécurité, nous avons mis sous clé nos photos ainsi que nos documents très personnels comme nos fiches de paie. Philippe, mon mari, a aussi caché son ordinateur portable sous un pantalon. Pour le reste, nous avons tout laissé en l'état : les lustres, les tapis de valeur... Et puis nos hôtes n'ont pas plus de risques que nous de casser ou d'abîmer quelque chose... »

 

Anne-Marie : « Aucune. A part regarder de près le profil de mes hôtes. Si j'avais eu des bijoux de valeur, peut-être les aurais-je mis à l'abri. Mais ce n'est pas le cas ! J'ai tout laissé tel quel chez moi. Même les tableaux ou les bibelots que j'ai fabriqués moi-même... »

 

 

Le logement ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant