Tripoli compte ses «martyrs»

le
0
Plus d'une semaine après le début des frappes de la coalition, une question reste en suspens : l'opération «Aube de l'odyssée» a-t-elle fait, oui ou non, des victimes civiles?

«Je dispose d'une longue liste nominative», annonçait, la semaine dernière, Moussa Ibrahim, un représentant du gouvernement libyen. On l'attend toujours. D'après un récent décompte des autorités, les raids auraient fait 114 morts - militaires et civils confondus - à travers le pays. Difficile, bien évidemment, de mettre en question de tels chiffres. Si les bombardements ont pour objectif de se limiter à des cibles purement stratégiques - ports, aéroports, bases militaires -, les «dommages collatéraux» sont rarement évitables dans ce genre d'opération.

Mais par manque d'accès - et de preuves suffisantes -, il nous est impossible de confirmer, de manière indépendante, le décès de civils.

Ces derniers jours, les autorités n'ont pas manqué d'inviter les journalistes accrédités par Tripoli à assister, à deux reprises, aux funérailles desdits «martyrs». Les habituels slogans - «Sarkozy, assassin!», «Obama, voleur de pétrole!» - étaient, comme toujours,

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant