TripAdvisor tente de séduire les hôteliers indépendants

le
0
Alors que les hôteliers se braquent contre les commissions facturées par les sites de réservation en ligne, le célèbre site d'avis propose aux indépendants une formule par abonnement.

Si Internet est devenu un passage obligé pour les hôteliers, ce média leur coûte de plus en plus cher (souvent autour de 20% du prix de la chambre) surtout s'ils ne sont pas adossés à un grand groupe. Le célèbre site d'avis TripAdvisor a décidé de s'adresser à ces derniers avec une offre alternative. Moyennant un abonnement mensuel, les établissements inscrits pourront directement être réservés en ligne depuis TripAdvisor sans paiement de commission.

«Baptisé TripConnect, ce service est un grand progrès pour les hôteliers indépendants, souligne Stephen Kaufer, PDG de TripAdvisor. Il permet d'afficher leurs disponibilités et ouvre la réservation en ligne auprès de nos 260 millions de visiteurs uniques.» Lancé au mois d'octobre, ce programme permet à ceux qui dispose d'un logiciel de réservation de le connecter directement au site TripAdvisor (c'est pour le moment possible avec 240 systèmes de réservation). Jusqu'à présent ces hôteliers pouvaient déjà figurer sur le site mais pour connaître leurs disponibilités ou réserver une chambre, il fallait prendre contact avec eux.

Prix du service? «Entre 500 et 10.000 dollars par an en fonction de nombreux paramètres (taille de l'établissement, localisation, nombre de chambres réservées...)», précise Stephen Kaufer qui admet que ce nouveau système «devrait représenter une part importante de notre business dans les années à venir». À cela s'ajoute, comme toujours chez TripAdvisor, un coût pour chaque clic généré par le site. «Avec sa montée en puissance, ce nouveau système devrait constituer une part importante de notre business», admet Stephen Kaufer.

Professionnels divisés

Pour l'instant, cette alternative aux offres de Booking ou Expedia séduit certains hôteliers indépendants mais laisse plus circonspect les organisations professionnelles et les chaînes volontaires. «Il est encore trop tôt pour se prononcer sur ce service, estime Laurent Duc, président de la branche hôtellerie du syndicat Umih. Une chose est sûre, nous sommes prudents car dans ce genre d'offre les prix ont une fâcheuse tendance à augmenter rapidement.»

Du côtés des Gîtes de France, la méfiance est plus forte encore. «C'est un miroir aux alouettes, estime Anne-Catherine Pechinot, directrice générale de la Fédération nationale des gîtes de France. Un moment ou un autre, il faudra payer les mots clé google pour être mieux référencé.» La fédération qui avec sa centrale de réservation permet d'accéder à la moitié de ses adhérents (44.000 gîtes et 10.000 maisons d'hôtes) voit d'un mauvais ½il cette concurrence. «Nous avons des frais importants pour labelliser nos adhérents et il est vital pour nous de continuer à commercialiser une partie de l'offre, explique-t-elle. C'est aussi une façon de mettre en avant et d'entretenir notre marque.»

Quant au réseau volontaire Logis Hotels, il se montre plus ouvert. «Nous discutons avec TripAdvisor pour rendre notre centrale accessible avec TripConnect mais ce n'est techniquement pas possible pour l'instant», souligne Krystel Blondeau, directrice générale de la Fédération internationale des Logis. Pour elle, il est important d'offrir plusieurs canaux de réservation à ses adhérents pour leur permettre de trouver le plus pertinent. Elle met cependant en garde contre cette solution qui peut générer des coûts par clic sans forcément apporter de nombreuses réservations fermes.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant