Trichet favorable à une révision des traités européens

le
0
Pour le président de la BCE, l'euro n'est «pas menacé», mais il appelle tous les Européens à être «extrêmement vigilants» en matière de finances publiques.

Alors que s'achève son mandat à la tête de la Banque Centrale Européenne (BCE) le 31 octobre, ce n'est pas un Jean-Claude Trichet donneur de leçons qui s'est exprimé ce dimanche au Grand Rendez-Vous sur Europe 1/Le Parisien-Aujourd'hui en France/i>Télé, pour évoquer la crise qui frappe en ce moment l'Europe.

Fort de son expérience de huit années à la tête de l'institution, celui qui fut aussi gouverneur de la Banque de France, a recommandé aux Européens d'entendre les messages qui leur sont adressés. Ses conseils ? D'abord, être «extrêmement vigilants» en matière de finances publiques. Récusant l'idée que la zone euro et sa monnaie soient «menacés» par la crise, il a néanmoins indiqué que «tous les pays sans exception doivent être extrêmement prudents». «Se protéger plutôt que guérir», a-t-il résumé, avant d'ajouter qu'«il dépend de nous que nous puissions avoir le moins de ralentissement de la croissance».

Ensuite, il faut «réfléchir

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant