Trichet contre une hausse des salaires 

le
0
Le patron de la Banque centrale européenne redoute un phénomène inflationniste supplémentaire.

Augmenter les salaires serait «la dernière bêtise à faire» en Europe et nuirait à la réduction du chômage, a estimé hier, dimanche, sur Europe 1 le président de la Banque centrale européenne, Jean-Claude Trichet, renouvelant ses mises en garde contre les «effets de second tour» liés à l'envolée des prix des matières premières.

«Nous ne pouvons rien contre l'augmentation immédiate des prix du pétrole ou des matières premières. Mais en revanche, nous devons éviter à tout prix ce que nous appelons les effets de second tour, c'est-à-dire que les autres prix se mettent à bouger», a-t-il déclaré.

«Lorsque je regarde le succès, ou le relatif insuccès, au sein de la zone euro, il est parfaitement clair que ceux qui ont su maîtriser leurs coûts connaissent un grand succès en matière de réduction du chômage», a-t-il rappelé en faisant allusion aux succès allemands.

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant