Tricherie, plagiat : «Il faut des règlements solides»

le
1
INTERVIEW- Face à l'essor de la triche high tech, le point de vue de Michèle Bergadaa, professeur à l'université de Genève, spécialiste du plagiat universitaire et de la fraude.

Michèle Bergadaa: «Leur première règle est celle de la débrouille.»
Michèle Bergadaa: «Leur première règle est celle de la débrouille.»

LE FIGARO-Y a-t-il des éléments nouveaux dans les comportements des jeunes par rapport à la triche?

Michèle BERGADAA.-Internet a bouleversé la manière d'acquérir de la connaissance et de réaliser des travaux. Depuis l'école primaire, les enseignants leur apprennent à fouiller sur la Toile, puis à «copier-coller» des textes et des images pour constituer des dossiers «Lego» de belle apparence. Beaucoup arrivent à l'université sans savoir ce qu'est le plagiat. Ou du moins quelle est sa gravité, lorsqu'ils prétendent qu'un texte «emprunté» ou acheté pour 3 euros sur le Web est d'eux.

Quel rapport à la règle cela révèle-t-il?

Leur première règle est celle de la débrouille et avec le Web, ils ont accès à une multitude de sources parmi lesquelles ils surfent. La deuxième est celle du gain de temps et avec Internet on gagne un temps extraordinaire dans la réalisation des trav

...

Lire la suite de l'article sur lefigaro.fr
Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • mlaure13 le mercredi 30 mai 2012 à 16:53

    Il faut vivre avec son temps...Parait-il ???...