Tribune - Tapiro : 1er Mai, de la "fête du chômage" à une vraie "fête du Travail"

le
2
Frank Tapiro, président de l'agence de communication Hémisphère droit.
Frank Tapiro, président de l'agence de communication Hémisphère droit.

Nous fêtons aujourd'hui la traditionnelle fête du Travail. Pourtant, les 5,3 millions de chômeurs réels dans le pays devraient nous faire réfléchir à célébrer le travail autrement que par un jour chômé. Il serait, en effet, plus judicieux et plus positif de proposer que, tous les 1er mai, toutes celles et tous ceux qui ont la chance d'avoir un emploi s'emploient à recevoir sur leurs lieux de travail ceux qui en cherchent un.

Une vraie fête du Travail qui se déroulerait un peu comme la Journée du patrimoine où les personnes en recherche d'emploi pourraient être accueillies dans les entreprises de leur choix pour échanger et recréer du lien. Les demandeurs d'emploi se sentent de plus en plus exclus du monde du travail par le nombre de filtres qui les séparent de l'entreprise. Cette nouvelle formule leur permettrait de créer un lien direct avec leurs futurs collègues et leurs futurs employeurs.

Vrai rendez-vous

Cela revient à offrir un jour de travail pour faire la promotion de son job, de son entreprise, accueillir ceux qui attendent désespérément qu'on leur ouvre la porte et susciter des rencontres qui pourront aboutir à un stage, un CDD ou un CDI. Les entrepreneurs prennent malheureusement de moins en moins de temps pour recruter, car l'embauche, bien que facilitée par quelques pactes, est encore source de craintes et de charges démesurées. Le Code du travail est à contre-emploi et trop d'offres d'emploi restent sans réponse.

Plus...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • MIKE3000 le dimanche 3 mai 2015 à 09:55

    M8252219: rien à ajouter!

  • M8252219 le vendredi 1 mai 2015 à 17:50

    Tant que les privilégiés : élus;hauts fonctionnaires,fonctionnaires et assimilés;salariés à statuts spéciaux, videront les caisses de l'état que nos impôts remplissent sans fin ; Aucune chance de voir reculer le chômage et le déficit de la France.