Tribune de Montebourg : "trop courte" pour Mélenchon, "vide" pour Le Foll

le
1
Faut aller au bout, les gars, a lancé Jean-Luc Mélenchon sur France Inter 
Faut aller au bout, les gars, a lancé Jean-Luc Mélenchon sur France Inter 

L'eurodéputé Jean-Luc Mélenchon (Parti de gauche) s'est félicité lundi que l'ancien ministre Arnaud Montebourg et le banquier Matthieu Pigasse aient "fait mouvement" vers ses propres idées. Interrogé par France Inter sur la tribune au vitriol des deux responsables contre l'exécutif, l'ancien candidat à l'Élysée a déploré lui aussi une politique qui "veut que la France se transforme en une espèce de sous-Allemagne, où il n'y a pas d'équipements publics, où on ne s'occupe pas des vieux, où il n'y a pas d'enfants". "Ils le disent comme moi, je suis content."

"Faut aller au bout, les gars !" a poursuivi Jean-Luc Mélenchon, soulignant que Matthieu Pigasse a été le conseiller de Syriza en Grèce ou des chavistes au Venezuela. Le fait qu'il soit un banquier d'affaires ? "Bienvenue à tout le monde, il n'y a pas d'exclusion ad hominem." Mais, alors que les deux hommes en appellent à une coalition de pays européens pour une baisse d'impôts des ménages, il a tranché : "C'est trop court d'en rester à faire un gros clin d'oeil aux gens en leur disant : vous paierez moins." Il faut aussi définir la croissance souhaitable, comme lui le fait avec "la planification écologique et l'économie de la mer". Donc "leur texte a du bon", "ça fait mouvement vers le corps d'idées que je défends, maintenant il faut qu'ils cheminent".

L'élu Front de gauche, qui se réfère souvent à Syriza ou Podemos, a évoqué "l'idée de mouvement citoyen",...

Lire la suite sur Le Point.fr

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M8252219 le lundi 8 juin 2015 à 12:03

    Le PS au gouvernement n'a pas fait les réformes indispensables : Ce sont les 15 à 20% de dépenses publiques de fonctionnement et de social de plus que nos voisins européens qui font que nous ne relancerons pas l'économie et l'industrie française avec ce boulet aux pieds. trop d'élus trop bien payés,trop de fonctionnaires improductifs, trop de salariés à régimes et statuts spéciaux peu productifs et avec trop d'avantages. DROIT DANS LE MUR,la France ne vivra pas au-dessus de ses moyens.