Triaud : « Une piquette ? La saison 2009-2010 »

le , mis à jour à 10:22
0
Triaud : « Une piquette ? La saison 2009-2010 »
Triaud : « Une piquette ? La saison 2009-2010 »

En vingt ans de présidence à Bordeaux, Jean-Louis Triaud a tout gagné (deux titres de champion, trois Coupes de la Ligue, une Coupe de France, deux Trophées des champions), mais aussi connu des désillusions cuisantes. Des grands crus aux piquettes, interview footballo-viticole avec le propriétaire de trois vignobles de l'appellation saint-julien dans le Médoc.

Le Bordeaux actuel est-il un bon cru ?

Jean-Louis Triaud. Tu ne le sais qu'après, quand la saison climatique s'est bien passée sans un orage de grêle pour tout mettre en l'air la veille de la récolte, quand les vendanges sont positives et que les raisins sont dans les cuves. Pour le vin 2016, je n'ai pas de doute, pour l'équipe, je vous le dirai en mai. Il y a des indices positifs, mais on perd trop de points à domicile, notre mal récurrent.

Quels sont les ingrédients pour une bonne cuvée ?

Il faut un bon entraîneur et un staff compétent. Jocelyn Gourvennec (NDLR : l'entraîneur) est un garçon ouvert, conforme à ce qu'on attendait, précis dans ses choix et psychologue. Ensuite, il faut un groupe de qualité, mâtiné d'expérience, avec des joueurs qui s'investissent et qui ont le goût du travail. Je n'oublie pas la chance et surtout l'envie, la grinta. J'attends toujours qu'on gagne un match à la 94e minute.

Quel est votre millésime préféré ?

Le titre de 1999 avec Elie Baup, la qualification directe en Ligue des champions avec Ricardo en 2007, le titre de champion avec Laurent Blanc en 2009 et la campagne européenne suivante. On avait battu la Juventus et le Bayern, mais ça s'était mal fini avec l'élimination contre un adversaire pas plus fort que nous (NDLR : Lyon en quarts de finale de la Ligue des champions).

Et la piquette qui vous reste sur l'estomac ?

Il n'y en a pas eu qu'une ! Mais il y a celle de la saison 2009-2010. Nous sommes largement premiers à la trêve et on termine 6 eS et pas européens. Après tout ce qu'on avait laissé entrevoir, à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant