Triaud : "Bordeaux n'est pas à la mode"

le
0
Triaud : "Bordeaux n'est pas à la mode"
Triaud : "Bordeaux n'est pas à la mode"

Jean-Louis Triaud a vécu une fin de mercato plus que sereine. Tandis que les supporters bordelais s'acharnaient à actualiser la page officiel du FCGB, dans l'espoir de voir débarquer une recrue de dernière minute, le président des Girondins taquinait le bar.

Vous avez passé votre lundi 31 août, le dernier jour du mercato, à la pêche. Vous avez fait de belles prises ? Non. C'est rarement bon, la pêche. On est souvent déçu. Mais enfin, on passe un bon moment. Je le sais, je pêche depuis toujours.
Au Cap Ferret, vous pêchez plutôt côté bassin, ou côté océan ? Côté océan. Mais ce n'est pas moi qui ai attiré la baleine à bosse qui a été repérée ce jour-là au large d'Arcachon ! Non, moi je pêche plutôt le bar.
Vous utilisez quelle technique ? Putain, mais c'est ça qui vous intéresse ? Je pêche au leurre de surface.
Qu'est-ce qui vous plait, dans la pêche ? Je suis pêcheur et chasseur. J'aime les paysages, la nature, la mer. L'avantage de la pêche, par rapport à la chasse, c'est que l'on peut choisir. On peut relâcher le poisson autant de fois que l'on veut, sans le tuer. On peut en garder juste un, si on le trouve beau et qu'on a envie de le manger entre amis. A la chasse, tu peux pas changer d'avis et te barrer, c'est trop tard.
Et sinon, niveau prises, le mercato bordelais vous satisfait ? Oui. On a remplacé les départs, comme on l'avait annoncé. Mariano parti, on a pris Gajic, un jeune serbe champion du monde des moins de 20 ans. Et en défense centrale, on a pris Pablo, un défenseur central rapide, costaud, et pas maladroit à la relance.
Vous l'avez découvert comment, ce Pablo, qui vient de Ponte Preta ? Grâce à notre cellule de détection. Il faut bien qu'elle travaille un peu, quand même. Ils l'ont vu jouer une quinzaine de fois. Ce que je demande à ma cellule, c'est qu'elle soit prête à me répondre à l'improviste sur les onze postes, en cas de besoin.
Charles Camporro, l'ancien directeur sportif des Girondins, vous a aidé pour faciliter le transfert ? Oui, il nous aide toujours pour établir les contacts, parce qu'il vit au Brésil. Il s'occupe des réservations de billets, de l'hôtel, etc. Il nous file un coup de main, quoi.
Qu'est-ce qu'il manque à Diego Rolan pour être vendu aussi cher qu'Anthony Martial ?






Lire la suite de l'article sur SoFoot.com

Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
Aucun commentaire n'est disponible pour l'instant