Trêve hivernale : pas d'expulsions locatives pendant cinq mois

le , mis à jour le
4

Les locataires qui ne parviennent plus à payer leur loyer vont obtenir quelques mois de répit. Avec le lancement de la trêve hivernale aujourd'hui, les expulsions locatives sont en effet officiellement suspendues jusqu'au 31 mars. Pendant cette période, impossible de mettre les locataires à la porte, même les ménages ayant d'ores et déjà reçu un « commandement de quitter les lieux ». En cas d'impayés, il est également interdit depuis 2008 de couper l'électricité, le gaz ou le chauffage d'une résidence principale.

 

Le nombre d'expulsions a explosé

 

Pas de quoi se réjouir pour autant, selon la Fondation Abbé Pierre, qui communique pour l'occasion un « sombre record ». Selon elle, le nombre d'expulsions locatives avec une intervention des forces de l'ordre a bondi de 24 % entre 2014 et 2015, pour s'établir à 14 363 cas. La raison ? « L'augmentation des expulsions est due au durcissement de la crise, à la hausse du chômage et de la précarité, analyse Frédérique Kaba, la directrice des missions sociales à la Fondation Abbé Pierre. Mais c'est également lié aux loyers qui ont nettement grimpé pendant les années 2000, que ce soit dans le secteur privé ou dans le parc social. »

 

Pris dans une spirale infernale, de nombreux locataires n'ont plus été en mesure au bout de quelques années de payer leur loyer et les expulsions se sont multipliées.

 

A l'association de défense des consommateurs CLCV, on dénonce également une nette hausse des charges. « Bien souvent, les factures d'eau ou de chauffage ont en parallèle elles aussi explosé, observe David Rodrigues, le chargé de mission spécialiste du logement à la CLCV. Dans plusieurs régions, nous avons enregistré une augmentation des impayés de loyers directement liés à la facture énergétique. »

 

«On criminalise la pauvreté en les délogeant par la force»

 

Une spirale infernale qui semble de plus en plus difficile à ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • vmcfb il y a 12 mois

    On devrait commencer par limiter ce droit de non expulsion avec une obligation de prendre des mesures de réduction des dépenses (téléphonie, abonnement canal et autres dépenses accessoires..).

  • c.debarg il y a 12 mois

    une famille social : il faut 5 ans s'ils sont assez intelligents; avocat gratuit ,

  • M169421 il y a 12 mois

    On est bien d'accord SuRaCtA,mais ça,on s'en moque,et pourtant,il y en a des propriétaires dans la détresse,mais chut.

  • SuRaCtA il y a 12 mois

    Les expulsions locatives sont suspendu, mais pas celle des propritaire ne pouvant plus payer leur credit... Donc les refrains sur l'egalite...