Trêve en Syrie : les opposants ressortent dans la rue comme en 2011

le , mis à jour à 17:12
3
Trêve en Syrie : les opposants ressortent dans la rue comme en 2011
Trêve en Syrie : les opposants ressortent dans la rue comme en 2011

Malgré la répression, la guerre civile qui a suivi avec son lot de morts, les opposants syriens ont repris leur manifestation de façon pacifique battant le pavé dans certaines villes du pays. Profitant de la trêve entrée en vigueur samedi dernier, dans certaines régions du pays, des centaines de Syriens ont renoué pour la première fois depuis 2011 avec les manifestations anti-régime dans les zones rebelles sous le slogan «la révolution continue».

Agitant le drapeau tricolore noir blanc vert avec trois étoiles rouges, l'étendard du soulèvement dans le sillage du printemps arabe, des défilés appelant à la chute du régime ont eu lieu dans des localités tenues par l'opposition dans les provinces d'Alep, Damas, Homs et Deraa. «Vous pouvez dire que nous sommes revenus au début», de la révolte, a affirmé à l'AFP Hassan Abou Nouh, un militant de la ville rebelle de Talbissé, dans le centre de la Syrie, joint par téléphone.

Tout avait commencé en Syrie en mars 2011 par des manifestations de dizaines de milliers de personnes chaque vendredi contre le régime. Elles avaient été réprimées brutalement puis le conflit s'était progressivement transformé en révolte armée. A partir de 2013, les manifestations avaient cessé en raison de la guerre civile et l'incursion des groupes islamistes armés semant le trouble et les atrocités.

La dernière manifestation à Talbissé avait eu lieu en juin 2012, selon Abou Nouh. En raison des bombardements et des raids aériens, les habitants n'osaient plus sortir pour défiler. Un cessez-le-feu, initié par les États-Unis et la Russie et soutenu par l'ONU, est entré en vigueur samedi dernier entraînant une baisse considérable de la violence dans les régions rebelles. Des habitants commençaient à respirer à nouveau.

Pour ce premier vendredi depuis la trêve, les opposants à Bachar al-Assad ont repris leur ancien slogan demandant au raïs syrien de partir. «Les gens sont contents, ...

Lire la suite de l'article sur Le Parisien.fr


Vous devez être membre pour ajouter des commentaires.
Devenez membre, ou connectez-vous.
  • M4404523 il y a 11 mois

    On se calme... Vous allez pas recommencer les hostilités....

  • Berg690 il y a 11 mois

    Pas assez nombreux pour porter leur étendard.....

  • M9821264 il y a 11 mois

    Ils vont avoir besoin de migrants travaux publics pour reconstruire tout ça !!!